/news/politics
Navigation
Exclusif : Cacouna

La jeune biologiste du Ministère trop peu protégée dans son travail

Cacouna
AFP

Coup d'oeil sur cet article

La jeune biologiste qui a recommandé d'autoriser les forages au large de Cacouna ne bénéficiait pas de la sécurité d’emploi suffisante pour assurer l'intégrité de son travail, a appris Le Journal.

Sa situation précaire la rend sujette aux «pressions politiques», craint son syndicat. «Pour un jeune professionnel qui n’a pas de sécurité d’emploi, c’est très difficile de marcher contre le courant», dénonce Richard Perron, président du syndicat des professionnels du gouvernement.

Dans son jugement rendu mardi, la Cour supérieure, qui a stoppé temporairement les travaux, révélait que les inquiétudes de la «biologiste qui en est à sa première année comme analyste au Ministère» ont tout simplement disparu du rapport final. Malgré son inexpérience, Anne-Marie Jean s’est pourtant retrouvée au cœur d’un dossier politisé.

TransCanada veut effectuer des travaux exploratoires au port de Cacouna pour en faire un terminal maritime pétrolier et y relier un oléoduc de 4600 km. Cet ouvrage transporterait plus d’un million de barils de pétrole de l’Alberta. Le gouvernement Couillard a déjà manifesté son intérêt pour le projet.

Enquête indépendante exigée

Le syndicat demande maintenant une «enquête indépendante» sur cette question et soupçonne que Mme Jean a subi des pressions indues.

C’est le patron de la biologiste Anne-Marie Jean, le directeur régional Jean-Marie Dionne, qui a signé le certificat d’autorisation. Il «reconnaît avoir pris sa décision sans avoir lu toute l’information que [le dossier] contient», peut-on lire dans le jugement. Ces informations troublantes laissent croire à Richard Perron qu’une brèche dans la loi sur la fonction publique, qui protège les fonctionnaires des influences politiques, a pu avoir lieu.

M. Perron dénonce aussi le ministre de l’Environnement David Heurtel, qui «s’est caché» derrière ses employés et qui a abdiqué «sa responsabilité».

«Il oublie complètement le principe de responsabilité ministérielle. Il se cache derrière ses fonctionnaires alors qu’ils ne peuvent pas se défendre. Ils n’ont pas le droit de lui répondre», a expliqué M. Perron.

Ce matin, le ministre Heurtel a jeté le blâme sur ses fonctionnaires lors d’un point de presse mouvementé à l’Assemblée nationale. «Je n'ai pas signé le certificat d'autorisation. Ça vient de la direction régionale», a-t-il lancé.
 

Commentaires