/news/currentevents
Navigation
Justice

Lancement dans le calme pour « Souldia »

L’homme associé au collectif 187 a présenté son album Krime Grave

Kevin «Souldia» Saint-Laurent (à droite), l'un des membres du collectifs 187, a enflammé l'Impérial de Québec rempli à craquer, hier,​ à l'occasion du lancement de son tout dernier album, Krime Grave.
Photo Valérie Bidégaré Kevin «Souldia» Saint-Laurent (à droite), l'un des membres du collectifs 187, a enflammé l'Impérial de Québec rempli à craquer, hier,​ à l'occasion du lancement de son tout dernier album, Krime Grave.

Coup d'oeil sur cet article

Contre toute attente, le lancement de l’album Krime Grave de Kevin «Souldia» Saint-Laurent, l’un des membres du collectif 187, s’est déroulé dans le calme, vendredi soir, à l’Impérial de Québec, où les policiers avaient à l’œil les centaines de participants.

Contre toute attente, le lancement de l’album Krime Grave de Kevin «Souldia» Saint-Laurent, l’un des membres du collectif 187, s’est déroulé dans le calme, vendredi soir, à l’Impérial de Québec, où les policiers avaient à l’œil les centaines de participants.

Au moment d’écrire ces lignes, il y avait toujours plusieurs voitures de patrouille du Service de police de la ville de Québec garées devant le théâtre, qui a accueilli plus de 600 personnes.

«Il y a effectivement plus de présence policière que lors d’autres genres de shows. Ils veulent s’assurer que tout se déroule bien», a fait savoir la responsable de la salle à l’Impérial de Québec, Andréanne Lafortune.

D’ailleurs, chacun des spectateurs a dû se soumettre à une fouille avant de franchir les portes du théâtre où se produisait pour la seconde fois celui qui affirmait récemment que le collectif 187- Homicid Verbal «n’est pas un gang de rue». Si l’alcool et la drogue étaient notamment confisqués, des effluves de marijuana embaumaient tout de même l’endroit.

«C’est la compagnie Garda qui s’occupe de la fouille. On n’a pas accentué la sécurité, c’est le même ratio qu’à l’habitude, soit un agent pour 100 personnes», a précisé Mme Lafortune.

« Seconde chance »

«Souldia», qui s’est retrouvé derrière les barreaux pour avoir eu en sa possession un pistolet prohibé chargé, a donc attiré les foules à l’occasion du lancement de son nouvel album, Krime Grave. Parmi les amateurs de musique rap figuraient des membres de la famille de l’artiste.

«On est une famille tissée serré. Je suis venu l’encourager avec mon garçon et ma fille, a lancé l’oncle de “Souldia”. C’est beau de voir la réponse des gens. Il n’a pas tout le temps été dans le droit chemin, mais maintenant, il se reprend, et je pense que tout le monde a droit à une deuxième chance.»

Le chanteur est entré sur scène vers 22 h, vendredi soir, afin de présenter plusieurs extraits de son nouvel opus. «Il y a quatre premières parties avant lui. On attendait au moins 600 personnes. Ça avait bien marché la première fois qu’il était venu», a ajouté Andréanne Lafortune.

 

Commentaires