/entertainment/shows
Navigation
Alfa Rococo

Le bonheur contagieux d’Alfa Rococo

Le bonheur contagieux d’Alfa Rococo
JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

Coup d'oeil sur cet article

Alfa Rococo nous invitait, jeudi, au Petit Champlain, à oublier tous nos problèmes et à entrer dans son univers. Avec sa musique électro-pop dansante, ses mélodies accrocheuses et sa folie contagieuse, ça n’a pas été trop difficile.

Plusieurs mois après avoir déserté les salles pour concevoir leur troisième album, le couple et ses trois musiciens ont électrisé la petite salle avec un nouveau spectacle que la bande présentait seulement pour la deuxième fois depuis la sortie de Nos cœurs ensemble.

Dès les premières notes de Lumière, un grand cœur au contour lumineux qui surplombait la scène s’est illuminé, battant au rythme de la pop.

Justine Laberge et David Bussières n’ont pas eu de difficulté à faire embarquer le public dans leur folie, mais c’est avec Lever l’ancre, probablement leur plus grand succès, que la foule s’est mise à danser. Le party était commencé.

Rayonnante

Avec son énergie habituelle, Justine Laberge rayonnait particulièrement, son ventre arrondi bien en évidence dans sa robe noire moulante. La chanteuse originaire de Québec doit accoucher de son premier enfant cet hiver. «Attends une seconde, je suis un peu essoufflée!», a-t-elle lancé à son complice entre deux pièces, le sourire aux lèvres.

Respectant leur identité sonore, les chansons de leur troisième album trouvent parfaitement leur place parmi Véga, Électron libre,

Je pense à toi, Phénix et Chasser le malheur.

Au premier rappel, Météore et Jour de pluie ont conclu le spectacle dans un mélange de dynamisme et de douceur.

Commentaires