/lifestyle/tourism
Navigation
Marais du Nord

Paradis sauvage à proximité

Paradis sauvage à proximité

Coup d'oeil sur cet article

Avec ses huit kilomètres de sentiers pédestres, ses 160 espèces d’oiseaux à observer, sa faune diversifiée et abondante, sans oublier son panorama exceptionnel sur le lac Saint-Charles, la réserve naturelle des Marais-du-Nord s’avère un lieu de prédilection, peu importe la saison, pour les photographes, les ornithologues ou les amoureux de la nature.

Avec ses huit kilomètres de sentiers pédestres, ses 160 espèces d’oiseaux à observer, sa faune diversifiée et abondante, sans oublier son panorama exceptionnel sur le lac Saint-Charles, la réserve naturelle des Marais-du-Nord s’avère un lieu de prédilection, peu importe la saison, pour les photographes, les ornithologues ou les amoureux de la nature.

Malgré la proximité de la ville, les Marais du Nord grouillent de vie. Dans cette réserve ouverte à l’année et située à Stoneham, les activités changent au gré des saisons, mais c’est la période automnale qui est la plus achalandée. Avant que l’hiver s’installe, la nature y est éblouissante.

Chaque année, plus de 25 000 marcheurs s’y côtoient. La randonnée pédestre peut se pratiquer sur neuf parcours différents. Une première partie recouverte de gravier est idéale pour les familles et les poussettes, tandis que la deuxième est un peu plus ardue, sans toutefois être difficile.

De nombreuses passerelles de bois permettent l’accès à des vues incroyables des marais, tandis que des points de vue plus en hauteur permettent d’admirer la beauté du lac Saint-Charles, réserve d’eau potable de la ville de Québec.

Marcher avec les animaux

Oui, on vous promet que vous verrez des oiseaux et ce n’est pas une promesse en l’air! Les mésanges, sittelles, geais bleus et canards colverts sont en ce moment les plus facilement observables.

Même s’il est interdit de nourrir les animaux, la majorité des marcheurs tend les bras avec quelques graines au creux des mains.

«C’est difficile à contrôler, affirme Mélanie Deslongchamps, directrice générale pour l’Association pour la protection environnementale du lac Saint-Charles et des Marais du Nord (APEL). Dans ce secteur, les oiseaux sont habitués à l’homme. Tout ce qu’on veut, c’est que les gens ne donnent pas de pain. C’est ce qui est le plus nocif. Et on ne veut pas non plus que les gens nourrissent les écureuils, parce qu’ils mordent.»

Au gré des saisons

Les activités aux Marais du Nord varient selon les saisons. Du printemps jusqu’à l’automne, un kayak peut être loué sur place pour partir à la découverte du milieu aquatique et des visites guidées sur les sentiers et en rabaska sont aussi organisées, certaines avec photographe professionnel. L’hiver, les sentiers sont déneigés et il n’est pas nécessaire de chausser des raquettes. Chaque printemps, une activité aux flambeaux a lieu.

Un «géorallye», véritable chasse aux trésors technologiques, permet de jouer à un jeu-questionnaire dont les réponses se trouvent dans des caches dissimulées le long des sentiers.

Protégés depuis 2002

Alors que les rues au sud du lac ont commencé à être habitées vers la fin du XVIIIe siècle, ce n’est que dans les années 1990 que l’APEL a commencé à acquérir des terrains pour les sauver des grues et des promoteurs immobiliers. En 2002, les marais du Nord ont été déclarés zone protégée par le gouvernement du Québec.

«Les terrains sont protégés à tout jamais. Même si l’organisme n’existait plus, ils gardent leur statut de réserve naturelle, et personne ne peut rien faire», a précisé Mélanie Deslongchamps.


Marais du Nord

Où? 1100, chemin de la Grande-Ligne, Stoneham

Quand? Ouvert tous les jours

Combien? Accès aux sentiers: 5,50 $ pour les adultes, gratuit pour les enfants de 0 à 5 ans, 3 $ pour les 6 à 17 ans.
 

Commentaires