/news/politics
Navigation

Le conseiller Sylvain Légaré quitte Équipe Labeaume

JDQ_PH20131208BG08
BENOIT GARIEPY/JOURNAL DE QUEBEC

Coup d'oeil sur cet article

Le conseiller municipal Sylvain Légaré a pris tout le monde par surprise vendredi en annonçant sa démission du comité exécutif et d’Équipe Labeaume. Rattrapé par ses problèmes financiers, il va dorénavant siéger comme conseiller indépendant.

Le conseiller municipal Sylvain Légaré a pris tout le monde par surprise vendredi en annonçant sa démission du comité exécutif et d’Équipe Labeaume. Rattrapé par ses problèmes financiers, il va dorénavant siéger comme conseiller indépendant.

Le politicien de 44 ans a cité des motifs d’ordre « strictement privé » pour quitter ses fonctions. Selon nos informations, sa démission est en lien avec ses ennuis financiers dont le Journal a fait état plus tôt cette année.

En janvier, le Journal révélait que la société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) a inscrit un avis d'hypothèque légale sur trois propriétés du conseiller municipal, qui rembourse depuis 2011 une dette de quelque 300 000 $.

La SCHL soutient avoir agi de la sorte pour s’assurer qu’il rembourse les sommes dues en lien avec des créances sur deux condos situés sur le chemin Knowlton, à Lac-Brome.

M. Légaré a contesté l’action de la SCHL et a répliqué en mars dernier par une requête pour faire homologuer une entente conclue pour le remboursement des sommes. Le dossier est toujours devant les tribunaux.

L’histoire avait également irrité le maire Labeaume qui n’a pas apprécié ne pas avoir été mis au parfum des démêlés de son conseiller.

M. Légaré est aussi copropriétaire d’un condo à Beaupré avec l’homme d’affaires Jean-Sébastien Monette, qui a fait les manchettes récemment avec les méthodes controversées de son entreprise (time-sharing).

Des sources ont indiqué au Journal que M. Légaré ne se sentait pas à l’aise d’intervenir dans des dossiers qui touchent à l’habitation alors qu’il est en conflit avec la SCHL. M. Légaré pilotait le projet Accès Famille d’Équipe Labeaume, qui vise à aider des jeunes familles à s’acheter une première maison.

Labeaume comprend

Le conseiller municipal a assisté à la séance extraordinaire du conseil municipal pour l'adoption du budget 2015 vendredi matin ainsi qu’au dîner de Noël à l’hôtel de ville.

Ce n’est qu’après que ce dernier a rencontré le maire pour lui offrir sa démission.

Régis Labeaume a dit vendredi qu’il comprenait les motifs invoqués par M. Légaré.

«Ce qu’il m’a dit c’est que c’est personnel et secret. J’aime beaucoup Sylvain, j’ai beaucoup d’estime pour lui, alors si Sylvain veut en parler, il en parlera», a indiqué le maire, questionné à sa sortie du FM93.

« Je l’aime beaucoup Sylvain, c’est un gars d’équipe. Ses collègues étaient très malheureux », a-t-il ajouté.

- Avec la collaboration de Taïeb Moalla

 

Extraits de la déclaration de Sylvain Légaré

« Pour des raisons d’ordre strictement privé, j'ai annoncé au maire que j’ai décidé de quitter mes fonctions de membre du comité exécutif de la Ville et de siéger dorénavant comme conseiller municipal indépendant. »

«Cette décision n'a pas été facile à prendre, mais j'ai besoin d’un peu de recul et de me consacrer du temps. Je regrette les désagréments que cela peut causer, mais je crois que c'est la meilleure décision que je puisse prendre.»

« Je remercie le maire et mes collègues pour leur collaboration et leur compréhension. »


Les écoquartiers, le «flop» de l’année

Les écoquartiers incarnent le flop de l’administration Labeaume en 2014, affirme l’opposition à l’hôtel de ville qui doute même de la réalisation des projets D’Estimauville et de Pointe-aux-Lièvres.

«C’est dans la liste des flops de l’administration Labeaume et on ne sait pas du tout où s’en va ce dossier-là», a soutenu Paul Shoiry, hier, à l’issue du dernier conseil municipal de l’année.

Le conflit qui perdure avec les pompiers est ciblé comme un autre échec à ses yeux.

Les élus de l’opposition déplorent les changements de direction de Régis Labeaume au sujet des écoquartiers. Après avoir octroyé les contrats pour la réalisation des deux écoquartiers au promoteur Sébastien Lebœuf, la Ville de Québec a été contrainte de faire marche arrière en raison des ennuis financiers de celui-ci.

La municipalité a repris les rênes des projets et annoncé la construction d’un premier immeuble de logements sociaux en collaboration avec la Société d’habitation du Québec. Un autre terrain a été vendu au consortium NEB pour un projet de tour en bois.

À D’Estimauville, aucun projet n’a encore été annoncé. M. Shoiry doute de la réalisation des écoquartiers promis par l’administration Labeaume.

«La Ville a été obligée de changer son fusil d’épaule et c’est la Ville elle-même qui investit dans les écoquartiers, et ça ne lève pas», a déploré le chef de l’opposition.

Le maire Labeaume a plaidé hier que les retards sont imputables au ralentissement du marché immobilier.

«Ce qu’il nous faut, c’est que le marché immobilier redémarre. Ça va se faire, c’est juste que là on est tombé dans un creux», a-t-il dit.

Budget adopté

Par ailleurs, le budget 2015 et le Programme triennal d’immobilisations (PTI) ont été adoptés à la majorité hier, malgré l’opposition des trois élus de Démocratie Québec.

M. Shoiry a évoqué les primes pour les cadres, les dépenses supplémentaires en publicité ainsi que les hausses de taxes tant résidentielles que commerciales comme raisons qui poussent sa formation à voter contre.

«La Ville aurait pu dépenser moins et taxer moins», a-t-il plaidé, en dénonçant par ailleurs le million de dollars prévu pour les festivités d’ouverture de l’amphithéâtre.

Le maire Labeaume a pour sa part réitéré que ce budget est le dernier qu’il présente dans lequel la dette augmente encore. À partir de 2016, elle va diminuer, a-t-il promis.

«C’est un budget prévisible, on est rendu quasiment plate, a-t-il laissé tomber. On a un plan et on sait où on s’en va.»

— Avec la collaboration de Taïeb Moalla