/news/politics
Navigation

Nouveau chapitre de la guerre de chiffres

Le portrait des déficits des caisses de retraite pourfendu par les syndicats

DM conseil quebec-07

Coup d'oeil sur cet article

Un nouveau chapitre de la guerre de chiffres qui oppose l’administration Labeaume aux syndicats d’employés municipaux au sujet des déficits des régimes de retraite s’est ouvert lundi.


Le maire Labeaume a soutenu qu’il n’en coûtera «pas un sou» aux employés actifs et aux retraités de la Ville de Québec pour éponger les déficits accumulés des régimes de retraite. L’affirmation a aussitôt fait bondir Jean Gagnon, qui représente les cols blancs.


Grâce à la suspension en partie de l’indexation, les déficits imputables aux employés et aux retraités seront entièrement épongés, a plaidé le maire de Québec. 


«Ils ne paient rien de leur poche pour payer leur dette. C’est juste qu’on baisse l’indexation, c’est rien que ça», a-t-il affirmé en conférence de presse. 


Ce dernier a dévoilé lundi le portrait global des déficits accumulés en date du 31 décembre 2013. En retranchant le déficit de l’ancienne Ville de Québec, les employés actifs et retraités doivent rembourser un déficit de 326 millions de dollars moitié-moitié avec l’employeur.


«C’est très peu d’argent», a laissé tomber M. Labeaume, ajoutant qu’il s’agit d’un effort «raisonnable». 


Les syndicats, qui contestent devant les tribunaux la nouvelle loi sur les régimes de retraite du secteur municipal votée avant Noël à l’Assemblée nationale, s’insurgent contre les propos du maire.


«De dire que ça ne nous coûte rien, c’est scandaleux», a rétorqué Jean Gagnon, qui s’est déplacé à l’hôtel de ville lundi pour réagir.


Le chef syndical a noté que les retraités et les employés actifs vont verser à la Ville 290 millions de dollars en voyant leur indexation suspendue. «Il faut arrêter de se faire berner», a-t-il ajouté.

À l’instar de l’Alliance des professionnels de la Ville de Québec, le Syndicat des fonctionnaires municipaux demande à la Ville d’appliquer aux déficits accumulés un écart de trésorerie de 100 millions de dollars.

Les retraités de la Ville vont réagir la semaine prochaine. À compter de 2017, les rentes des retraités seront indexées à seulement 47 % du niveau actuel.


Lévis

À Lévis, le déficit des régimes de retraite est passé de 62,3 millions $ en 2011 à 25,7 millions $ en 2013.

Le maire Gilles Lehouillier était très satisfait lundi du progrès au moment où la Ville souhaite trouver des terrains d’entente avec son personnel. «C’est assez intéressant de voir que le déficit a fondu comme neige au soleil. Je suis très confiant d’aboutir à une solution rapidement», a-t-il commenté.

Québec et Lévis vont amorcer les négociations avec leurs syndicats respectifs dès le 1er février.

Avec la collaboration de Jean-François Racine

RÉGIMES DE RETRAITE

  • Déficit total au 31 décembre 2013 : 585 millions $
  • Déficit de l’ancienne Ville de Québec : 259 millions $
  • Part du déficit attribuable aux employés actifs : 128 millions $
  • Part du déficit attribuable aux retraités : 198 millions $