/news/politics
Navigation

Labeaume a rencontré Dubé

La CDPQ pourrait analyser le projet de transport collectif

CAQ, Christian Dube
Photo d'archives Simon Clark Le premier vice-président Québec de la Caisse de dépôt et placement du Québec

Coup d'oeil sur cet article

Le maire de Québec a rencontré lundi le premier vice-président Québec de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), Christian Dubé, au sujet du financement éventuel d’un nouveau système de transport collectif dans la capitale.

L’ancien député caquiste, qui a été vu dans les corridors de l’hôtel de ville, a confirmé s’être entretenu avec Régis Labeaume concernant le partenariat avec le gouvernement provincial annoncé la semaine dernière. Cela va permettre à la Caisse de dépôt d’investir dans des projets d’infrastructures, notamment en transport. Deux projets seront analysés à Montréal, et le maire de Québec a eu tôt fait de manifester son intérêt pour son plan majeur de transport collectif qui sera dévoilé dans les prochaines semaines.

«On a discuté du projet de mobilité. J’ai pu comprendre un peu plus comment ils vont fonctionner», a indiqué le maire au Journal mardi.

M. Labeaume va dévoiler en février les résultats de l’étude de faisabilité de son plan de mobilité durable. C’est à ce moment qu’on saura si la Ville de Québec opte pour un tramway ou pour un système rapide par bus (SRB).

Une fois que ce plan sera rendu public, M. Labeaume a souligné que les détails et les coûts du projet seront présentés au gouvernement et ensuite à la Caisse de dépôt.

Modifications législatives

M. Dubé a expliqué que les projets soumis par la Ville de Québec seront considérés au même titre que ceux de Montréal et d’ailleurs en province, mais, avant, des modifications législatives devront être adoptées par l’Assemblée nationale pour permettre à la Caisse de financer des projets d’infrastructures. L’ancien député croit qu’il faut compter de 12 à 18 mois pour l’adoption de la loi et l’analyse des dossiers prioritaires de Montréal. Ensuite, les propositions de Québec pourront être étudiées.

«Je ne ferme pas la porte à de bons projets d’infrastructures. Mais, aujourd’hui, il est trop tôt pour regarder le projet de Québec spécifiquement», a noté mardi M. Dubé.

Il a rappelé que la Caisse de dépôt est déjà active dans des projets d’infrastructures à l’extérieur du Québec. Depuis 15 ans, l’institution a investi 15 milliards $ dans des projets d’une valeur de 90 milliards $.

Le critère de rentabilité sera crucial pour la Caisse, a-t-il ajouté.