/investigations/transports
Navigation

L’automobile gagne du terrain

Les déplacements sont en hausse de 15 %, contre 10 % du côté du transport en commun

gare de Candiac
Chantal Poirier / Le Journal de Montréal / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

L’utilisation de l’automobile a augmenté plus rapidement que celle du transport en commun dans la grande région montréalaise, ces cinq dernières années.

Les déplacements en auto sont en hausse de 15 % comparativement à une hausse de 10 % pour le transport en commun, révèle une récente enquête de l’Agence métropolitaine de transport (AMT) réalisée à l’automne 2013.

Et pour tourner le fer dans la plaie de ceux qui sont pris dans des bouchons de circulation, le nombre de personnes possédant une voiture a de son côté augmenté deux fois plus vite que la population.

Selon l’AMT, une des causes de cette hausse serait les parents qui reconduisent leurs enfants à la garderie avant d’aller au travail, rendant nécessaire l’utilisation de la voiture.

L’AMT positive

«On pourrait se préoccuper du fait que le nombre d’automobiles augmente, mais quand je vois que 3 personnes sur 4 viennent en transports collectifs au centre-ville le matin, il y a bien de ces gens qui ont une auto qui les laissent à la maison», a toutefois mentionné Philippe Schnobb, président de la STM, en conférence de presse hier matin.

C’est surtout à Laval et dans les couronnes nord et sud que le train, le métro et l’autobus gagnent du terrain. Les navetteurs en provenance de l’extérieur de l’île de Montréal représentent 60 % de la croissance des usagers du transport en commun.

Nicolas Girard, président-directeur général de l’AMT, y voit une conséquence du développement du métro à Laval et du réseau d’autobus.

Il y a en effet eu une hausse de 33 % de déplacement en transport en commun dans la couronne nord contre 18 % en voiture.

D’autres chiffres indiquent toutefois que dans cette région, il y a eu 45 000 déplacements de plus en voiture contre 8000 déplacements en transport collectif.

Bon espoir

Nicolas Girard se montre malgré tout confiant pour les années à venir.

«Avec toutes les mesures et les investissements que nous avons faits, nous pourrons constater les résultats dans la prochaine enquête», a-t-il dit.

Il s’appuie notamment sur la ligne de train Mascouche, la ligne de Service de bus rapide sur le Boulevard Pie-IX et sur les discussions entourant le prolongement de la ligne bleue dans l’est de Montréal.

  Montréal Longueuil Laval Couronne Nord Couronne Sud

+ 12 %

(58 000)

+ 13 %

(17 000)

+ 20 %

(28 000)

+ 18 %

(45 000)

+ 16 %

(58 000)

+ 6 %

(17 000)

+ 4 %

(2 000)

+ 28 %

(10 000)

+ 33 %

(8 000)

+ 22 %

(6 000)

Poëti propose la construction de stationnements incitatifs étagés

Le ministre des Transports Robert Poëti propose la construction de stationnements incitatifs étagés ou souterrains pour permettre à plus de gens d’utiliser les transports en commun. «Le réseau de transport en commun ne va pas si mal vu son achalandage, il est même victime de son succès», a-t-il indiqué à 24 Heures, en réagissant à la récente enquête de l’AMT.
 
Les stationnements de la gare de train de Deux Montagnes et de Mascouche sont notamment très utilisés, tout comme les stationnements aux alentours des stations de métro à Laval.
 
« Bonne nouvelle » 
 
«Ça reste une bonne nouvelle de voir que c’est achalandé. Il faudrait augmenter les points de chute. Il faut changer les normes et repenser à comment on fait les choses, il faut des stationnements à étages ou souterrains», a soutenu Robert Poëti.
 
Selon lui, le nouveau système de voitures de métro AZUR, qui devrait pouvoir accueillir plus d’usagers, aidera également à désengorger le métro.
 
Il affirme de plus pousser les différentes villes à travailler ensemble et non pas en silo pour développer une meilleure offre de transport.
 
Améliorer les services
 
Du côté de l’association Transport2000, qui défend les intérêts des usagers du transport en commun, on souligne que plusieurs mesures passées ont permis de «sauver les meubles» et ont empêché un recul de l’utilisation de ce type de transport. L’organisme demande que les efforts d’investissement soient poursuivis en transports collectifs pour faire compétition à la voiture.
 
«Il faut améliorer les services, en terme de fréquence, de fiabilité et de fluidité des autobus», a soutenu Normand Parisien, directeur général de Transport2000.
 
Par ailleurs, l’enquête souligne une hausse de 54 % de l’utilisation du vélo et de 7 % pour la marche. «Il s’agit d’une bonne nouvelle, mais il faudrait maintenant accélérer la cadence pour répondre aux besoins de ces usagers, par exemple avec plus de pistes cyclables», a affirmé Sylvain Ouellet, porte-parole de l’opposition officielle en matière de développement durable.