/news
Navigation

Le financement des Carrefour jeunesse-emploi des régions réduits

Carrefour jeunesse emploi
Photo Nelson Sergerie Les Carrefour jeunesse emploi des régions subiront des compressions tandis que ceux des grands centres verront leur budget augmenter, dénoncent les CJE de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.

Coup d'oeil sur cet article

Les régions semblent être une fois de plus la cible du gouvernement Couillard : les Carrefour jeunesse-emploi (CJE) de six régions du Québec verront leur financement réduit, malgré le maintien de l’enveloppe globale pour l’année 2015-2016. Ceux situés près des grands centres verraient leurs budgets maintenus voire augmentés, une situation dénoncée en Gaspésie.

Selon les CJE de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Québec maintiendra le financement global du réseau à 45 millions $ pour l’année 2015-2016. Toutefois, ceux de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, l’Abitibi-Témiscamingue, du Bas-Saint-Laurent, de Chaudière-Appalaches, de la Côte-Nord et du Nord-du-Québec subiront des coupures de 10 %.

Ils soutiennent que ceux en périphérie des grands centres ne seront pas touchés et certains verront même leur financement augmenter de 5 % à 31 %.

«On en est au constat que c’est relié au plus faible volume de jeunes dans les régions. Par contre, il y a une iniquité puisqu’il y a moins d’organisations en régions que dans les grands centres. On déplore ces coupures-là», explique la directrice du CJE du Rocher-Percé, Annie Tapp.

Auparavant, le financement était versé selon les missions, ce qui permettait une latitude. Maintenant, les sommes sont versées par service, selon des clientèles-cibles.

«Ça augmente la clientèle à desservir. Dans le fond, on nous demande de faire plus avec moins», illustre Mme Tapp.

Des impacts en Gaspésie-Îles-de-la-MadeleinePour la seule région Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, cette compression représente 170 000 $ sur un budget de quelque 1,7 million $.

«Ça va occasionner des coupures de postes, des diminutions de services destinés aux jeunes, des relocalisations de nos espaces. Cela aura un impact important», analyse Mme Tapp.

«On a tenté de parler avec le ministère et on nous dit que ce n’est pas négociable», dit-elle.

Les Carrefour jeunesse-emploi ont a comme mandat d’accompagner et de guider les jeunes adultes de 16 à 35 ans dans leurs démarches d’insertion sociale et économique en les accompagnant dans leur cheminement vers l’emploi, vers un retour aux études ou par la sensibilisation à l’entrepreneuriat.