/misc
Navigation

Prudence M. Bégin!

Prudence M. Bégin!

Coup d'oeil sur cet article

En montant sur un podium commandité par la CSN, Christian Bégin devait savoir qu’il mettait le pied en politique.

Dénoncer l’austérité, alors que la croissance des dépenses publiques continue, c’est faire de la politique.

C’est jouer le jeu commandité par les centrales syndicales qui, comme les grands capitalistes mondiaux, en demandent toujours plus aux autres. Pour leurs membres, bien davantage que pour la population en général. 

M. Bégin est un artiste populaire, une vedette de la télé publique, beaucoup plus choyé, et à bien des égards, que la vaste majorité des contribuables qui, eux, n’ont pas droit aux avantages fiscaux de l’univers dans lequel il évolue. L’austérité n’a jamais empêché la bonne humeur sur les plateaux de télé.

Alors quand il envoie chier «le gouvernement», envoie-t-il chier aussi la SODEC? Ce serait étonnant : la Société de développement des entreprises culturelles est le guichet bancaire des industriels locaux de la culture.

Alors s’il «envoie chier» le gouvernement au sens partisan du terme, il vise les libéraux, naturellement. Et donc Hélène David, la ministre de la Culture.

Mais Mme David est bien trop polie pour répliquer sur le même registre que le gourmand rigolo de Télé-Québec. Elle n’en pense sans doute pas moins...

Au fait, les compressions à la SODEC, à ce que je sache, n’ont pas encore vraiment touché les millionnaires du showbiz. La SODEC est extérieure au périmètre comptable du ministère, et on y garde un profil bas, surtout par les temps qui courent. Les crédits d'impôt foisonnent, les subventions ne dérougissent pas...

Ça devrait tout de même inquiéter M. Bégin et ses amis fiscaux.

Le showbiz n'aime pas attirer l’attention sur son confort. On pourrait s’intéresser de près aux millionnaires qui se trouvent, année après année, dans la liste des subventionnés. D'ailleurs pourquoi subventionner les activités internet de grandes entreprises profitables, les disques des gros noms du spectacle ou leur transport en région? D’accord les débutants mais les champions du palmarès ont-ils raison de se maintenir au râtelier des fonds publics?

Poser la question, c’est y répondre, direz-vous. Justement non!

Les gouvernements n’osent pas déranger le party des artistes. Il a trop peur qu’on l’envoie chier...

Mais M. Bégin doit savoir cela depuis longtemps...