/news/currentevents
Navigation

Hydro-Québec collaborera avec les enquêteurs

compteurs intelligents feu
Photo les archives

Coup d'oeil sur cet article

Hydro-Québec se dit prête à collaborer avec les enquêteurs du Service de protection contre l’incendie de la Ville de Québec pour qu’ils puissent analyser les compteurs intelligents après un sinistre, mais les pompiers sont toujours en attente d'un compteur possiblement impliqué dans l’incendie d’une maison mobile, en novembre dernier.

Plus de trois mois après les évènements, les enquêteurs ne sont pas en mesure de déterminer la cause de l’incendie du 16 novembre dernier, survenu sur la rue Villon, tant qu’ils ne reçoivent pas le compteur intelligent de la résidence. «Un site d’incendie, c’est comme une scène de crime. Aucun élément de preuve ne peut être prélevé tant que l’enquête n’est pas terminée», explique France Voiselle, porte-parole du Service de protection contre l’incendie de la Ville de Québec.

De son côté, la Société d’État se dit prête à collaborer pour «accommoder les pompiers». «On est prêt à améliorer nos façons de faire. Ils (Service de protection contre l’incendie de la Ville de Québec) peuvent communiquer avec nous pour nous faire part de leurs revendications», a précisé le porte-parole d’Hydro-Québec, Patrice Lavoie.

Le FM93 rapportait jeudi que les pompiers de Québec ont récemment reçu l’ordre de prendre en photo les nouveaux compteurs intelligents après un incendie, avant que les employés d’Hydro-Québec ne viennent les récupérer.

Dans une lettre envoyée aux membres de l'État-Major du Service de protection des incendies, le directeur adjoint aux affaires stratégiques et administratives Robert Laperle demande également aux pompiers de s'assurer que les employés d'Hydro ne quittent pas les lieux avant de rencontrer l’enquêteur.

Selon ce que rapporte Mme Voiselle, cette note a été envoyée à la suite d’un incendie survenu en janvier dernier, lorsqu’arrivé sur les lieux, l’enquêteur a intercepté deux employés d’Hydro qui quittaient les lieux avec le «compteur sous le bras». «Il les a interpellés pour prendre des photos et ils ont collaboré, mais il a ensuite demandé à ce qu’un rappel soit fait à tous les enquêteurs», explique la porte-parole.

Une procédure «habituelle»

Le porte-parole d’Hydro-Québec affirme que tous les compteurs sont rapatriés après un incendie, et ce, bien avant l’arrivée des compteurs «nouvelle génération». «Nous allons toujours sur les lieux d’un incendie d’abord pour couper le courant, puis pour prendre les compteurs qui nous appartiennent», précise M. Lavoie, en ajoutant que si l’enquêteur n’a pas vu l’employé de la Société d’État lors de l’incendie du mois de novembre, «ce n’est pas de mauvaise foi.

L’information n’a toutefois pu être corroborée par le Service d’incendie, qui n’est pas en mesure de dire si avant, les employés d’Hydro-Québec partaient avec les anciens compteurs après un incendie. «On ne peut pas le confirmer à 100%, mais c’est le cas depuis l’arrivée des nouveaux compteurs», précise Mme Voiselle.

Hydro-Québec se fait rassurante

Le porte-parole de la Société d’État affirme qu’il est impossible que les nouveaux compteurs intelligents soient à l’origine d’incendies. Il parle plutôt de problèmes électriques liés à l’embase, soit le réceptacle qui soutient le compteur et qui appartient au client. «Nos compteurs respectent les normes de mesures Canada et ont subi une batterie de tests avant d’être mis sur le marché», conclut M. Lavoie.

Note interne
compteurs intelligents feu
Photo courtoisie

*****

Vous désirez réagir à cet article dans nos pages Opinions? Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante: jdm-opinions@quebecormedia.com .