/news/politics
Navigation

L'UQAR affirme n'avoir «jamais entendu parler» d'un financement de 2 millions $ pour l’institut maritime

Jean D’Amour
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

PARIS – L’entourage du ministre Jean D’Amour a oublié d’informer l’Université du Québec à Rimouski avant d’annoncer le budget du futur institut de recherche maritime.

«Il y a un groupe de travail qui, au cours des prochaines semaines, va délimiter le contour de cet institut. C’est au fur et à mesure des travaux qu’on pourra déterminer le budget nécessaire», a expliqué le recteur de l’UQAR Jean-Pierre Ouellet.

Ce dernier soutient que la mission, l’ampleur et le nombre de chercheurs de l’Institut, un projet franco-québécois, ne sont pas déterminés et qu’il est «prématuré» de faire ce genre d’annonce. La France n’a pas encore évalué ses besoins, a-t-il ajouté.

Au matin, l’entourage du ministre responsable de la stratégie maritime avait pourtant fait savoir aux journalistes que le centre universitaire nécessitait un budget de 2 millions $ sur trois ans et allait embaucher de quatre à six chercheurs.

Après la sortie de l’UQAR, le bureau de Jean d’Amour a admis que les montants avancés étaient une estimation générale.

L’UQAR dénonce les compressions

Ironiquement, l’UQAR «exprimait sa vive inquiétude» en décembre après avoir subi une série de compressions.

«La série de compressions qui ont été imposées à l’UQAR depuis quelques mois s’élève à près de 2,6 M$. À ce montant, il faut ajouter la compression annuelle récurrente de

1,9 M$ annoncée en décembre 2012. Il s’agit donc d’un effort combiné de près de 4,5 M$ qui est demandé à l’Université. Cela représente une diminution du financement public de l’ordre de 7 % sur un budget de fonctionnement de 81 M$», dénonçait le conseil d’administration de l’UQAR en décembre.