/investigations/transports
Navigation

Les navires de croisières sont-ils d’éventuelles cibles des terroristes?

Un expert américain pense que oui, l'industrie assure que non

Les navires de croisières sont-ils d’éventuelles cibles des terroristes?
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

L’industrie des croisières ferme encore les yeux face à la menace terroriste, alors qu’elle pourrait fort bien devenir une nouvelle cible, selon un expert américain.

L’industrie des croisières ferme encore les yeux face à la menace terroriste, alors qu’elle pourrait fort bien devenir une nouvelle cible, selon un expert américain.

James Walker est un avocat de Miami spécialisé dans le droit maritime et des croisières qui pense que cette puissante et riche industrie ne prend pas la menace terroriste assez au sérieux, un peu comme l’aviation avant les événements du 11 septembre 2001.

«L’industrie des croisières a besoin de se réveiller», a-t-il déclaré à notre Bureau d’enquête depuis la Floride.

«Ce secteur a besoin de commencer à investir une partie de ses profits dans la sécurité pour mieux garder ses clients en sécurité», estime-t-il.

James Walker, Avocat de Miami
Photo d'archives
James Walker, Avocat de Miami

Attentat évitable

La menace est réelle et elle se manifeste déjà, selon Me Walker.

Il cite l’attentat récent au Musée du Bardo, en Tunisie, qui a fait 21 morts et plus de 40 blessés, où presque toutes les victimes se sont avérées être des passagers à bord deux navires de croisières différents qui faisaient esca­le à Tunis.

Les deux bateaux avaient des centaines de passagers en excursion au Musée du Bardo au moment de la fusilla­de.

Visites suspendues

Depuis, les compagnies propriétaires des navires (Costa et MSC) ont suspendu toutes visites à Tunis jusqu’à nouvel ordre.

Plusieurs médias ont rapporté que les terroristes (tués par les forces de l’ordre plus tard) semblaient attendre que les croisiéristes arrivent en bus avant d’ouvrir le feu.

«Ce qui est arrivé à Tunis était évitable. Ils doivent nécessairement prêter plus d’attention aux activités d’Al-Qaïda et de l’État islamique pour éviter une attaque similaire, si ce n’est pire, sur les passagers inno­cents», selon Me Walker.

Secrets dans ses sous-vêtements

Me Walker dit que les experts de la lutte antiterroriste ont accumulé suffisamment de preuves pour démontrer que des agents d’Al-Qaïda envisagent de tels attentats depuis 2012.

C’est à ce moment que le quotidien alle­mand Die Zeit a révélé qu’un agent d’Al-Qaïda arrêté à Berlin avait des plans secrets cachés dans ses sous-vêtements à l’intérieur d’un dispositif de stockage numérique.

Dans un fichier caché dans un film porno, on a trouvé d’autres documents sur des plans d’attentat, dont une opération pour détourner un navire de croisières. Ce plan incluait la menace d’exécuter des passagers si on ne libérait pas certains membres d’Al-Qaïda détenus à Guantanamo Bay.

• Les meurtriers de Tunis faisait partie d’une cellule islamiste tunisienne affiliée à Al-Qaïda, selon les autorités.

 


Quatre scénarios envisagés par Me James Walker vous donneront le frisson

Islamistes ont attaqués ce bateau de cargaison avec des lance-roquettes
Photo d'archives
Islamistes ont attaqués ce bateau de cargaison avec des lance-roquettes

1- Un ou plusieurs terroristes tirent des lance-roquettes sur un navire de croisière. Ils l’ont déja fait sur des cargos.

Le USS Cole, un navire de la marine américaine visé en 2000 par un navire suicide bourré d’explosifs.  Dix-sept marins sont morts dans l’attentat.
Photo d'archives
Le USS Cole, un navire de la marine américaine visé en 2000 par un navire suicide bourré d’explosifs.  Dix-sept marins sont morts dans l’attentat.

2- Une attaque suicide, comme celle contre le USS Cole en 2000, sur un bateau de croisière. Un bateau paqueté d’explosives fonce sur le navire de croisière.

Un attentat à la bombe sur cet autobus de touristes en Égypte a fait quatre morts et 14 blessés en février 2014.
Photo d'archives
Un attentat à la bombe sur cet autobus de touristes en Égypte a fait quatre morts et 14 blessés en février 2014.

3- Faire sauter un autocar d’excursion alors qu’il transporte des passagers de navi­res de croisières pour une sortie.

4- Al-Qaïda s’intègre au navire en tant que membres de l’équipage ou parmi les passagers.

 


Une menace exagérée, selon les croisiéristes

La plus grande association internationale de l’industrie des croisières estime que ses membres prennent très au sérieux la menace terroriste et la possibilité d’attentats.

De plus, laCruise Lines International Association (CLIA), qui a son siège social à Washington, pense que des critiques comme James Walker exagèrent la menace.

«Walker n’est pas un expert. C’est un provocateur», nous a dit Michael McGarry, premier vice-président de la CLIA.

Pourtant, Me Walker est régulièrement consulté et cité par les grands réseaux de télévision américains, tels que CNN, CBS et NBC, et par de grands quotidiens comme le New York Times. Il publie son propre bulletin sur ce secteur d’activité sur son site web et il a même témoigné devant le Con­grès américain.

Itinéraires ajustés au besoin

M. McGarry dit que les grosses compagnies de croisières sont régulièrement en contact avec les autorités locales et internationales en matière de sécurité dans les régions où naviguent leurs bateaux.

Au besoin, leurs itinéraires peuvent être modifiés pour éviter les zones à risque, dit-il.

«De plus, le personnel de sécurité à bord de nos navires est bien formé et expérimenté. De nombreux anciens membres des forces de l’ordre font partie des équipes», ajoute M. McGarry.

Ces équipes sont-elles formées pour répondre à des attentats terroristes?

M. McGarry ne tenait pas à discuter des pratiques ou des formations précises en matière de sécurité, mais il a assuré que des mesures «solides» sont prévues pour répondre «rapidement et efficacement» à tout incident.

La CLIA est composée de 63 lignes de croisières,avec 421 navires en Amérique du Nord, en Europe et en Asie, et 13 500 agences de voyages, représentant plus de 50 000 agents de voyages.

Michael McGarry. Premier vice-président, CLIA
Photo d'archives
Michael McGarry. Premier vice-président, CLIA

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.