/finance/taxes
Navigation

Une économie souterraine de 10,4 G$ au Québec

Coup d'oeil sur cet article

En 2012, le Québec se situait au 2e rang des treize juridictions canadiennes où l’économie souterraine échappe au contrôle de l’État, selon une analyse de Statistique Canada publiée mercredi.

L’étude de l’agence fédérale a déterminé que cette économie cachée représentait une somme de 10,4 milliards $ ou 2,9 % du PIB de la province.

L’Île-du-Prince-Édouard arrive en tête de liste avec une proportion de 3,3 %. Mais en argent, c’est l’Ontario qui arrive premier, avec une somme de 15,3 milliards $.

Le Nunavut affiche le plus bas taux au pays alors que l’économie souterraine de ce territoire est équivalente à 0,7 % de son PIB.

42,4 G$ au Canada

Pour tout le Canada, l’activité économique souterraine totale s’est chiffrée à 42,4 milliards $, soit environ 2,3 % du PIB de 2012.

«Cette proportion a suivi une tendance à la baisse du milieu à la fin des années 1990, passant d’un sommet de 2,7 % en 1994 à un creux de 2,2 % en 2000. Toutefois, après une légère hausse au début des années 2000, la proportion est demeurée relativement stable, se situant entre 2,3 % et 2,4 %», a précisé Statistique Canada.

«En 2012, les secteurs de la construction résidentielle (28,3 %), de la finance, des assurances, des services immobiliers, des services de location et de location à bail ainsi que des sociétés de portefeuille (13,8 %), du commerce de détail (12,2 %) et des services d’hébergement et de restauration (11,6 %) ont été à l’origine de la part la plus importante de l’activité économique souterraine», a ajouté l’agence fédérale.

Aux fins de son étude, Statistique Canada a exclu certaines activités illégales, comme celles liées à la drogue et à la prostitution.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.