/news/politics
Navigation

Le gouvernement ne sait que faire des surplus

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement ne sait que faire des millions $ qui dorment dans les coffres du Fonds vert alors que la bourse du carbone doit générer des revenus astronomiques dans les prochaines années.

Le Fonds vert, dont la gestion a été critiquée par le vérificateur général dans le passé, a engrangé un excédant de 300 millions $ au terme du plan d’action 2006-2012, peut-on lire dans des documents budgétaires. Alors que des organismes environnementaux ont vu leurs subventions coupées, le ministère a décidé de reporter à plus tard l’utilisation de ces budgets.

En 2006, le gouvernement Charest avait dédié 730 M$ au développement du transport collectif. Près de 120 M$ sont plutôt restés dans les coffres de Québec alors que les projets de transport en commun s’accumulent.

Le ministère de l’Environnement prévoyait investir 112 M$ pour «mettre en place des programmes d’aide pour réduire les émissions de GES des secteurs agricole, agroalimentaire, forestier et municipal.» En six ans, il n’a dépensé que 7 M$.

Fini, le ramassage des minounes

Cette situation enrage André Bélisle, président de l’Association québécoise de la lutte contre la pollution atmosphérique. Après avoir bénéficié de l’aide du Fonds vert pendant deux ans pour le programme «Faites de l’air», qui permettait d’échanger une «minoune» contre des crédits pour un moyen de transport plus écologique, il a perdu son financement provincial de près de 5 M$.

«On nous a dit qu’il ne restait plus d’argent», déplore M. Bélisle. Après avoir eu le soutien des ministres libéraux Line Beauchamp et Pierre Arcand, «on s’est fait tirer la plogue» par le péquiste Yves-François Blanchet, a-t-il dénoncé.

En février 2014, la sous-ministre invoquait, dans un courriel obtenu par le Bureau parlementaire, «le contexte budgétaire actuel» pour expliquer la situation.

Avec son projet Nomade, le Centre national de transport avancé voulait construire une voiture électrique québécoise destinée au marché de l’autopartage. Le projet est mort-né avec l’arrivée au pouvoir des libéraux, selon des informations recueillies par le Bureau parlementaire. Au CNTA, on confirme d’ailleurs que Nomade n’aura pas sa subvention de 12,5 M$ pour mettre au point des prototypes d’auto électrique québécoise.

«Sommes résiduelles non engagées»

Le ministère de l’Environnement rétorque que les 300 M$ non dépensés servent à «bonifier» le Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques et rappelle «que les revenus versés au Fonds vert doivent être utilisés aux fins pour lesquelles ils sont perçus.»

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.