/news/health
Navigation

3 M$ en réduction de services à l'Institut de réadaptation en déficience physique de Québec

Le projet de loi 10 a entraîné la création du CIUSSS qui revoit présentement toutes ses structures dont l’IRDPQ où 21 postes de spécialistes sont abolis.
Photo Le Journal de Québec, Didier Debusschère Le projet de loi 10 a entraîné la création du CIUSSS qui revoit présentement toutes ses structures dont l’IRDPQ où 21 postes de spécialistes sont abolis.

Coup d'oeil sur cet article

Malgré la promesse «solennelle» du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, de «maintenir les services tels qu’ils sont», 21 employés spécialisés du centre François-Charron ont appris la semaine dernière que leur poste était aboli.

Conséquence du projet de loi 10 sur la refonte du système de santé, l'Institut de réadaptation en déficience physique de Québec (IRDPQ) – anciennement le centre François-Charron – s’est vu imposer cette année des compressions de 3 millions $ qui ont entraîné l’abolition de plusieurs postes. Des professionnels qui travaillent avec «une clientèle très spécialisée» afin de réadapter et réorienter leur vie en composant avec leur blessure handicapante.

Perte de services

Ainsi des éducateurs spécialisés en déficience auditive ou en motricité, des orthophonistes, ergothérapeutes et technicien en braille ont vu leur poste aboli. «On ne peut pas couper les services dans cet établissement. Si la réhabilitation n’est pas optimale, il va y avoir des frais pour plus tard», indique Mélanie Bernier, répondante politique pour l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS).

Ce sont des employés, inquiets de la perte de services destinés à une clientèle vulnérable engendrée par ces compressions, qui ont dénoncé la situation au Journal. Leur syndicat a ensuite confirmé que neuf postes à temps complet et 14 postes à temps partiel avaient été abolis la semaine dernière. Depuis le 1er avril, l’IRDPQ est passé sous la direction du CIUSSS de la Capitale-Nationale qui revoit toute sa structure.

À l’IRDPQ, on assure que ces coupures de poste n’entraînent aucune baisse de services. «On est train de réorganiser nos services, et de mettre les ressources à la bonne place en fonction des besoins de la clientèle», explique Annie Ouellet, agente d’information pour le CIUSS de la Capitale-Nationale, mentionnant que des affichages de postes et des fusions sont effectués en parallèle. Elle rappelle par ailleurs que l’IRDPQ doit composer avec des baisses importantes de revenus de 2 millions $ provenant de la SAAQ et de la CSST, ses organismes payeurs, en plus de devoir appliquer des mesures d’optimisation de 900 000 $.

Froissés

Les employés sont aussi dérangés par une phrase que le CIUSS a «fortement invité» à inclure comme signature de courriel indiquant que les «changements [...] n’affectent aucunement notre prestation de services». «Ça froisse nos membres parce que ce n’est pas vrai», déplore Mme Bernier.

«Une technicienne de Braille, je ne peux pas la replacer dans un hôpital, on enlève cette expertise-là, mais il y a encore des gens qui ont besoin du Braille», poursuit Mme Bernier. Elle rappelle que les trois premiers mois de réadaptation sont cruciaux afin d’assurer une meilleure qualité de vie aux patients.

Les délais d’attente entraînés par les nouvelles coupures joueront donc sur cette qualité de vie. «Au lieu de 12 séances d’une heure, ce sera 10 séances de 45 minutes», illustre-t-elle.

En plus des individus qui subissent une perte d’autonomie à la suite d’un traumatisme crânien par exemple, l’IRDPQ accueille des usagers de la SAAQ et de la CSST qui ont subi des blessures physiques permanentes. 

- Avec la collaboration de Sophie Côté

21 postes abolis
 
9 - Éducateurs spécialisés
3 - Orthophonistes
3 - Ergothérapeutes
2 - Techniciens en loisir
1 - Psychologue
1 - Technicien en Braille
1 - Sexologue
1 - Éducateur physique

CIUSSS :

  • Tous les établissements de la Capitale-Nationale (Agence de la Capitale-Natioanle,  CSSS, CHSLD, IRDPQ) sauf le CHU de Québec et l’IUCPQ
  • 16 000 employés de la santé

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.