/news/health
Navigation

Le manque de sommeil pourrait vous pousser à prendre de très mauvaises décisions

dormir homme sofa
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Si une mauvaise nuit de sommeil est susceptible de vous rendre improductifs le lendemain au travail et irritable avec vos collègues, ses effets peuvent être bien plus sérieux. La fatigue affecte effectivement directement notre capacité de jugement et de prise de décisions, soutient une nouvelle étude publiée dans la revue Sleep, que relaie NPR.

Si une mauvaise nuit de sommeil peut vous rendre improductif au travail et irritable avec vos collègues, ses effets peuvent être bien plus sérieux. La fatigue affecte directement votre capacité de jugement et de prise de décisions, soutient une nouvelle étude publiée dans la revue Sleep, que relaie NPR.

Selon les chercheurs de l’Université de l’État de Washington, le manque de sommeil nous fait perdre toute capacité à enregistrer de nouvelles informations et à adapter notre comportement à ces nouvelles informations. 

Santé Canada est d’ailleurs sans équivoque. « Quand nous ne dormons pas suffisamment, notre productivité et notre comportement en sont affectés, ce qui a une incidence sur la qualité de notre travail et sur la qualité de notre vie familiale et personnelle. »

Parmi les 26 participants à l’étude, la moitié était privée de sommeil pendant deux jours alors que l’autre moitié pouvait conserver son rythme de sommeil normal. Au fil de l’expérience, les scientifiques ont mesuré la capacité des deux groupes à prendre des décisions.

Dans un premier test, les participants ont dû appuyer sur un bouton lorsqu’ils apercevaient certains chiffres. Déjà lors de ce premier exercice, les personnes qui n’avaient pas dormi étaient moins efficaces.

De mal en pis

Les participants privés de sommeil n’étaient pas au bout de leur peine. Lorsque la consigne a été inversée (ils devaient appuyer sur le bouton lorsqu’ils apercevaient des chiffres pour lesquels ils devaient auparavant s’abstenir), ils n’ont pas été capables d’adapter leurs réponses. Même après 40 tentatives, aucun des participants fatigués n’est parvenu à obtenir la bonne réponse.

Comme l’a expliqué à NPR Paul Whitney, le psychologue qui a piloté la recherche, non seulement les personnes en manque de sommeil avaient plus de difficulté à s’adapter, mais ils avaient aussi perdu toutes leurs capacités à traiter efficacement une nouvelle information. La fatigue ne semble toutefois pas influencer la mémoire à court terme.

M. Whitney souligne que les gens ne réalisent souvent pas à quel point le manque de sommeil peut être dévastateur. Si vous passez une nuit blanche, il vous suggère d’ailleurs de ne pas vous risquer à prendre une décision qui pourrait avoir d’importantes incidences.

Comme le rappelle NPR, il existe de nombreux exemples dans l’histoire, notamment lors de batailles militaires, où des gens pourtant très compétents ont pris de très mauvaises décisions parce qu’ils étaient épuisés.

Manque de sommeil chronique

L’étude qu’a menée Paul Whitney est évidemment de nature exploratoire. Dans la vie de tous les jours, les gens souffrent habituellement de manque de sommeil chronique plutôt que d’une privation totale de sommeil sur une courte période de temps (comme c’est le cas dans cette étude). Selon d’autres recherches, ces deux types de carences en sommeil provoquent toutefois des effets similaires.

Comme le souligne Santé Canada, il est difficile de déterminer ce que constitue une bonne nuit de sommeil. Des spécialistes affirment toutefois «  que la plupart des adultes ont besoin de 7 à 9 heures de sommeil par nuit pour se sentir reposés. »

Par ailleurs, les données recueillies par Santé Canada montrent que les hommes dorment généralement moins que les femmes.

Le travail influence directement le temps de sommeil des Canadiens. Les travailleurs à plein temps dorment effectivement presque 20 minutes de moins que ceux qui ne travaillent pas. Les horaires de travail non conventionnels nuisent aussi à la qualité du sommeil.