/news/provincial
Navigation

Grand rendez-vous francophone

Quelque 50 villes attendues en octobre pour le congrès de fondation du Réseau des villes francophones et francophiles d’Amérique

Coup d'oeil sur cet article

 

Le maire de Québec, Régis Labeaume, Jean-Marc Fournier, ministre responsable de la Francophonie canadienne et  Diane Blais, présidente du conseil d’administration du Centre de la francophonie des Amériques
Photo Le Journal de Québec, Daniel Mallard
Le maire de Québec, Régis Labeaume, Jean-Marc Fournier, ministre responsable de la Francophonie canadienne et Diane Blais, présidente du conseil d’administration du Centre de la francophonie des Amériques

La capitale sera l’hôte d’un grand rendez-vous où le français sera à l’honneur, en octobre, alors qu’on marquera la fondation du nouveau Réseau des villes francophones et francophiles d’Amérique.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, caressait ce projet depuis longtemps et l’a moussé sur plusieurs tribunes en France et aux États-Unis. Le Réseau a pris forme, lundi, alors que les représentants de la Ville, du ministère des Relations internationales et de la Francophonie, du Secrétariat des affaires intergouvernementales canadiennes et du Centre de la francophonie des Amériques ont annoncé qu’ils s’unissaient pour le mettre en branle.

Le tout sera concrétisé lors d’un grand rendez-vous fondateur, qui se tiendra à Québec les 29, 30 et 31 octobre et qui réunira quelque 150 personnes, provenant d’au minimum 50 communautés, a annoncé M. Labeaume.

La Ville cherchera aussi des appuis chez les grands organismes promoteurs de la francophonie, dont l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et l’Association internationale des maires francophones. La présidente de l’OIF, Michaëlle Jean, sera d’ailleurs à Québec «au cours des prochains jours» et le sujet sera évidemment abordé, a indiqué le maire.

Circuit historique touristique

L’objectif du réseau est de réunir des communautés du Québec, du Canada, des États-Unis et d’outre-mer autour de la francophonie. On veut créer un circuit historique touristique de découverte de la francophonie. Les membres du réseau vont envoyer à Québec des informations sur l’histoire francophone liée à leur communauté et celle-ci sera centralisée dans un portail Web accessible à tous et que les offices du tourisme pourront promouvoir.

Ce sera aussi l’occasion de faire la promotion des produits culturels francophones au sein du Réseau, qui pourra être informé de la sortie d’un nouvel album ou d’une tournée d’un artiste francophone, par exemple.

Jean-Marc Fournier, ministre responsable de la Francophonie canadienne, a promis son soutien. «Le ministère mettra son réseau à contribution pour aider à développer des activités», a indiqué M. Fournier.

Lafayette et Moncton, deux villes phares de la francophonie et qui sont aussi fondatrices du Réseau, auront un rôle important à jouer, a pour sa part souligné Diane Blais, présidente du conseil d’administration du Centre de la francophonie des Amériques. «C’est un travail d’équipe qui va se faire pour créer cette communauté intercontinentale.»

Pour mettre en branle le projet, 50 000 $ proviennent du gouvernement par l’entremise du Centre et 50 000 $ de la Ville de Québec. Avec la fermeture du Bureau des relations internationales, on a dégagé les sommes nécessaires, assure Régis Labeaume, ce qui fait que le portail se réalisera à coûts nuls.


- 33 millions de francophones en Amérique dont 11 millions aux États-Unis

- 150 représentants de 50 villes seront présents en octobre à Québec pour le congrès de fondation du Réseau des villes francophones et francophiles d’Amérique

Les objectifs du Réseau:

  • Sensibiliser au patrimoine de la francophonie

  • Développer un circuit culturel et touristique

  • Créer une plateforme numérique

  • Tenir des rencontres entre les membres