/news/society
Navigation

Des militants pro-prépuce dénoncent le soutien de Bono à la circoncision

Coup d'oeil sur cet article

Bono est «l’ennemi public numéro 2 du prépuce» pour son «soutien à la circoncision de masse», ont dénoncé des militants du Projet canadien de sensibilisation au prépuce, hier soir au Centre Bell avant le concert de U2.

«Comment il réagirait, Bono, si on lui disait de se couper le prépuce?» s’insurge Franny Max, une Montréalaise de l’Ouest-de-l’Île, fondatrice de Ressources Circoncision Montréal et associée à la campagne du Canadian Foreskin Awareness Project (Projet canadien de sensibilisation au prépuce).

Le plus sérieusement du monde, cette femme dans la quarantaine et quatre autres militants ont brandi des pancartes «Nous soutenons le prépuce de Bono» ou «Nous condamnons Bono pour son soutien à la circoncision de masse». La manifestation s’est déroulée devant l’entrée principale du Centre Bell vers 18 h 30, soit une heure avant le début du concert.

 

Bono, Chanteur de U2
Bono, Chanteur de U2

Pratique « barbare »

Il faut dire que le chanteur de U2, ambassadeur de nombreuses causes humanitaires, semble encourager le découpage de ce repli de peau qui recouvre le gland du pénis, afin de lutter contre la propagation du sida en Afrique.

Dans une lettre d’opinion publiée le 30 novembre 2011 dans le New York Times, Bono a en effet écrit que «de nouvelles recherches prouvent qu’un traitement antirétroviral précoce, spécialement chez la femme enceinte, combiné à la circoncision des hommes, réduit le taux de nouveaux cas de sida jusqu’à 60 %.»

Il l’a rappelé dans plusieurs autres médias.

Mais pour Franny Max, la circoncision n’est rien d’autre qu’une «pratique barbare». Elle ajoute d’ailleurs qu’«un prépuce contient 20 000 nerfs, alors qu’il n’y en a que 8000 dans un clitoris, alors vous imaginez comme cela peut être douloureux».

Elle dit d’ailleurs militer depuis qu’elle a vu des enfants hurler de douleur pendant ce type d’opération.

«Est-ce que les garçons n’ont pas le droit à la même intégrité physique que les filles? Au Canada, il est interdit de percer le clitoris d’une fillette, mais il est légal de circoncire un enfant mâle», souligne-t-elle.

Ennemi public numéro 2

Elle considère aussi que la circoncision pourrait non pas réduire, mais augmenter la propagation du sida.

«Les hommes, une fois circoncis, ils vont se croire vaccinés, alors ils ne vont pas pratiquer le safe sex, ils ne vont pas mettre de condom. Alors que c’est ça, la solution au sida.»

Bono dispose d’une telle influence que le Projet canadien de sensibilisation au prépuce l’a même désigné «ennemi public numéro 2 du ­prépuce» (le premier étant Bill Gates).

«Imaginez des millions d’Africains qui écoutent leur idole encourager la circoncision, qu’est-ce qu’ils vont faire à votre avis?» s’inquiète Franny Max, qui qualifie les études citées par Bono de «questionnables».