/news/provincial
Navigation

Le cube réduit en poussière: des Français consternés

Coup d'oeil sur cet article

Des touristes français ont réagi avec consternation en voyant l’œuvre que la France a offerte à Québec tomber sous le pic des démolisseurs, mercredi matin, dans le Vieux-Québec.

Avec son accent du Sud bien marqué, le guide explique qu’ils se trouvent à Place de Paris, qu’on voit là le drapeau de la Ville Lumière. Et pourquoi les médias, demande-t-il? «Ils sont en train de démolir le cadeau que la France leur a offert», explique le guide, d’un ton un peu révolté. «Oh!» réagissent les touristes en chœur, consternés, en mettant la main devant la bouche. Le guide omet cependant de mentionner que l’œuvre malaimée s’était dégradée au point devenir dangereuse pour les passants.

«Si ça gêne, je l’aurais mise ailleurs, mais de là à détruire une œuvre, un cadeau... Pour nous, un cadeau c’est précieux», lance Bernard. «C’est sacré», renchérit sa femme, Sylvie. Pour ce couple de Parisiens, cette démolition est un manque de respect.

Pour Yves, un autre Parisien dans le même groupe, carrément, «c’est une honte! Ils démolissent des choses qui ont coûté très cher, sans vergogne. On utilise l’argent public en désinvolture complète. Ce n’est même pas pensable», ajoute-t-il, outré.

«Démantèlement» ou démolition?

Si les récents commentaires des élus pouvaient laisser entendre que l’œuvre Dialogue avec l’histoire serait «démantelée» pour y être reconstruite, c’est plutôt une démolition qui attendait le gros cube blanc.

Démantèlement ou démolition, «c’est de la sémantique», répond la responsable de la culture et vice-président du comité exécutif de Québec, Julie Lemieux, qui fait remarquer que les deux mots sont synonymes. «C’est clair depuis le début que l’oeuvre est irrécupérable. On ne peut conserver quoi que ce soit.»

L’œuvre d’art, offerte à Québec par la Ville de Paris en 1987, a été complètement rasée par une pelle mécanique et une pince hydraulique. Les ouvriers ont commencé leur travail un peu avant 8h et moins d’une heure et demie plus tard, le marbre blanc de Grèce et le granit noir d’Afrique du Sud avaient été réduits en un tas de cailloux.

La structure de 6,5 mètres a mal résisté à l’épreuve du temps et des éléments, avait conclu le Centre de conservation du Québec, à qui la Ville avait d’abord demandé un avis en vue d’une restauration. De larges plaques de marbre auraient pu se détacher en raison d’infiltrations d’eau.

L’artiste «pas spécialement affolé»

«On ne peut pas détruire une œuvre en disant qu’on met ça à la poubelle et qu’on passe à autre chose. C’est impensable», réitère le créateur de l’œuvre, Jean-Pierre Raynaud, que Le Journal a joint à Paris peu de temps la démolition de laquelle il a vu des images sur le Web.

Mais ce dernier n’est «pas spécialement affolé», bien qu’il suive le dossier de près. Pour lui, la seule option possible est la reconstruction à l’identique, au même endroit, et il espère toujours que ce soit celle que la ville choisira. L’artiste français n’exclut pas la possibilité de poursuivre la Ville advenant le cas où sa création ne serait pas réinstallée. Il affirme être en discussion avec la Ville de Paris dans ce dossier.

Québec travaille sur la future place Dalhousie, tout près, ainsi qu’à un réaménagement de la Place de Paris, pour 2017. L’avenir de l’œuvre de M. Raynaud fait partie de cette réflexion. Il faudra aussi considérer les coûts de reconstruction avant de décider si elle sera refaite ou si la Ville privilégiera un autre concept.

Consultat de France

Interrogée par le Journal, Yasmine Berthou, attachée de presse au Consulat général de France à Québec, a mentionné ceci: «Nous espérons simplement que la Ville de Québec a bien pris en compte les droits de l’artiste, auteur de cette œuvre».
 
Cela dit, Mme Berthou a prévenu que «le Consulat, qui représente l’État français, n’a pas à prendre position sur un dossier qui concerne deux villes, Québec et Paris».
 
Avec la collaboration de Taïeb Moalla