/news/health
Navigation

Chien porteur d’espoir pour un épileptique

Eleena aura la tâche d’avertir un père de famille d’une crise à venir

Stéphane Lavallée et sa conjointe Caroline Fortier de Saint-Gilles devront amasser 35 000 $ pour payer les coûts de l’entraînement d’Eleena, qui deviendra le premier chien d’assistance médicale pour épileptique entraîné au Québec.
photo sophie côté Stéphane Lavallée et sa conjointe Caroline Fortier de Saint-Gilles devront amasser 35 000 $ pour payer les coûts de l’entraînement d’Eleena, qui deviendra le premier chien d’assistance médicale pour épileptique entraîné au Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Eleena, un épagneul cocker anglais de cinq mois, deviendra bien plus qu’un simple chien de compagnie pour Stéphane Lavallée, un père de famille de Saint-Gilles souffrant d’épilepsie. Le chiot lui redonnera littéralement une vie en le prévenant plusieurs heures à l’avance d’une crise à venir.

L’une de celles-là a été des plus traumatisantes. C’était le 2 février, alors que M. Lavallée était seul à la maison, dans l’escalier menant au sous-sol.

«J’ai atterri sur le ciment. Je me suis fendu le menton, l’arcade sourcilière, brisé une dent, j’avais un œil au beurre noir... Je pissais le sang», explique l’homme de 47 ans.

Dans un état d’absence, il s’est ensuite promené un peu partout dans la maison.

«Quand mes enfants sont arrivés de l’école, ils ont vu qu’il y avait du sang un peu partout... des traces de mains...», raconte-t-il difficilement, des larmes coulant sur ses joues.

Confiné à la maison

Eleena, qui a emménagé dans la maison familiale au printemps, deviendra le premier chien d’assistance médicale pour épileptique entraîné au Québec.

Le chiot représente ni plus ni moins que l’espoir d’un retour à une vie normale pour le programmeur analyste, qui est en arrêt de travail depuis septembre, confiné à la maison.

«Je ne peux pas conduire. Je ne peux pas monter les enfants dans les escaliers en poche de patates. Tout ce qui fait du bien comme activité. Comme moi, c’est bricoler. Je ne peux pas, parce qu’il y a un risque important à utiliser des outils», relate celui qui dit ressentir une fatigue continuelle au quotidien.

Garde du corps

Véritable garde du corps, Eleena aura le rôle de prévenir M. Lavallée plusieurs heures à l’avance d’une crise à venir. Le père de famille pourra alors arrêter ses activités, prendre un médicament qui l’assommera, mais qui empêchera que la crise survienne. «Je vais avoir la certitude que quand il va en arriver une autre [une crise], Eleena va me le dire, puis ma vie ne sera pas toute chamboulée. Tout est là, c’est juste ça qui peut faire que tu peux avoir une vie normale.»

«L’homme» en lui a d’ailleurs très hâte de retourner au boulot, aussi vite que possible. Pour ce faire, il devra passer six mois consécutifs sans être victime d’une crise. «Je ne me peux plus de retourner travailler. Ça va être une fête», affirme-t-il.

Un chien qui détecte par l’odorat et la sensibilité

C’est grâce à son odorat et au langage corporel de son maître qu’Eleena pourra le prévenir plusieurs heures à l’avance d’une crise d’épilepsie à venir.

«Même si Stéphane ne les sent pas, son corps émet des vibrations avant la crise», explique Anne-Marie Josée Gauthier, fondatrice de la Fondation Corazon du Québec, basée à Saint-Dominique, près de Saint-Hyacinthe. C’est elle qui amorcera l’entraînement d’Eleena sous peu.

Le chien, relate-t-elle, peut aussi détecter une crise par l’odeur que son maître dégage. «L’odorat du chien est jusqu’à un million de fois plus développé que celui de l’humain», fait-elle remarquer.

Se spécialisant depuis 15 ans dans l’entraînement de chiens d’assistance médicale pour diabétiques, Mme Gauthier devient la première à lancer un programme pour former des chiens qui détecteront l’épilepsie au Québec.

Deux ans, 35 000 $

Depuis plusieurs semaines, Eleena passe tout son temps à la résidence familiale de son nouveau maître, Stéphane Lavallée, afin qu’ils s’apprivoisent.

Mais dès l’adolescence, le chien reprendra vite le chemin de Saint-Dominique, où il sera entraîné pendant les deux prochaines années.

Dans cette aventure, Stéphane Lavallée et sa famille devront amasser 35 000 $ qui serviront à défrayer les coûts de cet entraînement.

«C’est sûr que c’est un gros projet, mais ça en vaut le coup pour redonner une qualité de vie à Stéphane», affirme la conjointe de M. Lavallée, Caroline Fortier, qui a déjà commencé à planifier des activités de financement.

Claire Samson et Pepper

Un autre chien d’assistance médicale pour épileptique a fait parler de lui récemment au Québec. Pepper, un caniche royal gris, suit la députée caquiste Claire Samson, elle aussi épileptique, à l’Assemblée nationale. Il a la capacité de l’avertir de cinq à six heures avant une crise.

Contrairement à Eleena, Pepper a été entraîné en Ontario. La Fondation des Lions basée à Oakville entraînent plusieurs types de chiens-guides et d’assistance, dont pour épileptiques. Les Canadiens, dont les Québécois, peuvent bénéficier de leurs services.


Pour plus d'information sur la Fondation Corazon du Québec et l'épilepsie:

http://www.associationquebecoiseepilepsie.com/

http://www.fondationcorazon.com/