/news/currentevents
Navigation

Des chats disparaissent en série

Plusieurs félins de Beauport s’éclipsent mystérieusement

DM chat perdu-05
Photo Le Journal de Québec, Daniel Mallard Clément Lescalet et Claire Karimpour de Beauport ont mystérieusement perdu un de leurs chats. Ils ont ainsi décidé de garder leurs deux autres félins à la maison, craignant pour leur sécurité.

Coup d'oeil sur cet article

La rue de Broqueville, dans l’arrondissement de Beauport, est le théâtre de mystérieuses disparitions en série, alors qu’au moins quatre félins manquent à l’appel depuis le 20 juin dernier.

«Nos deux autres chats, on les séquestre à la maison [...]. On a peur. On a commandé un GPS de chat pour le mettre sur leurs colliers au cas où ils s’échapperaient, pour les retracer. On devient parano», a confié Clément Lescalet.

Le résident de la rue de Broqueville a perdu l’un de ses trois chats le 3 juillet. «On a fait des tours dans le bois quasiment tous les jours pour voir si on trouverait son collier, sa dépouille, une cage, des restes de bouffe. Rien.»

Trois autres disparitions

Une situation vécue par deux autres propriétaires de félins qui demeurent dans cette rue, mais aussi par d’autres résidents de Beauport. La paranoïa commence à gagner le voisinage, car les résidents doutent que ces disparitions à répétition soient le fruit du hasard.

«Je trouve ça vraiment bizarre. On a mis des affiches sur la boîte aux lettres et dans le secteur, on a parlé à nos voisins. Personne n’a rien vu», a dit Linda Demers, qui a perdu ses deux chatons le 20 juin et le 1er juillet. «On a peur pour les autres chats.»

En plus d’avoir placardé des affiches dans le secteur, les propriétaires ont déposé des plaintes à la Ville de Québec et à l’entreprise Contrôle d’animaux domestiques (CAD) en plus de diffuser des signalements sur certains sites internet.

Cas similaire

Cette histoire n’est pas sans rappeler un cas similaire survenu à Charlesbourg en 2008, où une dizaine de félins avaient mystérieusement disparu. Les propriétaires croyaient alors que quelqu’un les dérobait afin de les revendre à des laboratoires ou à des compagnies pharmaceutiques, ou encore afin de faire le trafic de fourrure. Ces allégations ont vite refait surface sur certains sites internet, dont chatsperdusquebec.com.

La Ville confirme avoir reçu deux plaintes pour chats perdus dans ce secteur, contre six signalements de disparition de félins au CAD, ce qui n’est en rien inhabituel. «Sans preuve qu’un vol, de la cruauté ou un acte criminel a été commis envers ces chats, on ne peut pas ouvrir d’enquête», a indiqué la porte-parole du SPVQ, Christine Lebrasseur.