/lifestyle/food
Navigation

Le café en plein essor à Québec

La nouvelle succursale de la Ninkasi sur l'avenue Honoré-Mercier mettra l'accent sur le café, préparé et servi dans les règles de l'art.
Photo Journal de Québec, Elisa Cloutier La nouvelle succursale de la Ninkasi sur l'avenue Honoré-Mercier mettra l'accent sur le café, préparé et servi dans les règles de l'art.

Coup d'oeil sur cet article

Le café est en plein essor à Québec avec l’ouverture récente et prochaine de deux nouveaux bistros en haute ville et dans le quartier Limoilou.

Spécialisée en bières de microbrasseries, la Ninkasi étend ses tentacules sur l’avenue Honoré-Mercier et ajoute une corde à son arc: le café. Ouverte depuis le 22 juillet, la nouvelle succursale offre également 16 lignes de bières en fût, comme c’est le cas sur la rue Saint-Jean, en plus d’un menu bistro, composé notamment de paninis, pizzas, sandwichs et tartares.

«Ça fait au moins deux ans qu’on s’intéresse au café et on ne trouvait pas la façon de l’intégrer sur la rue Saint-Jean», admet le copropriétaire Mathieu Cloutier.

Nektar fait des petits

Établi depuis 2009 sur la rue Saint-Joseph, Nektar caféologue fait des petits jusqu’à Limoilou, où il occupera les locaux laissés vacants par la pâtisserie Chococalin, sur la 3e avenue, dès l’automne. «Il se passe quelque chose à Limoilou, qui est exactement ce qu’on a connu à Saint-Roch lorsque nous sommes arrivés», indique le propriétaire Guillaume Michaud, précisant que pour son commerce de Limoilou, il misera sur de grandes tables communes à l’intérieur, favorisant la rencontre et la discussion entre les clients.

Suivant le principe de la succursale de la rue Saint-Joseph, Nektar caféologue n’offrira que du café et quelques accessoires. Pas d’alcool, de machines à café ou de nourriture. «On se concentre sur le café. On a toujours environ une cinquantaine de sortes de grains, on ne fait pas de stockage par souci de qualité», précise M. Michaud.

Des cours et des formations sur le café pourraient aussi être donnés dans le nouveau local de Limoilou, comme c’est le cas dans Saint-Roch.

Le café «troisième vague»

Encore peu connu du grand public, les deux nouveaux joueurs dans le domaine du café à Québec affirment prôner la culture «troisième vague», axée sur la provenance et la qualité du grain.

Le café appelé «troisième vague» est un mouvement qui veut que le café soit un produit artisanal, au même titre que le vin. Alors que la première vague misait sur la consommation rapide du café et la deuxième sur le marketing et l’image de marque, la troisième prône un souci de la qualité, poussant même les commerçants à faire affaire directement avec le producteur ou le fermier. «C’est la nouvelle tendance, on fait de plus petits achats, en approchant directement les Coops de productions», indique M. Michaud.

«Notre torréfacteur achète lui-même ses lots de café directement de producteurs, un peu partout dans le monde», indique pour sa part le copropriétaire de la Ninkasi.

Où?

  • Ninkasi – Bouffe et café : 840, avenue Honoré-Mercier
  • Nektar caféologue : 1001, 3e avenue