/entertainment/music
Navigation

Simple Plan de retour en force

Le groupe a enregistré son nouvel album à Los Angeles

Simple Plan
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Simple Plan s’est fait plutôt discret ces dernières années. Le groupe n’a pourtant pas chômé et il est de retour cet été sur les scènes québécoises. Avec un nouveau succès en poche, Saturday, et un album à paraître cet automne, enregistré au printemps à Los Angeles, il y a de quoi rassasier les fans.

Simple Plan n’avait pas donné de spectacle depuis plus d’un an. Ses membres termineront une série de concerts estivaux en ouvrant le 33e Festivent de Lévis mercredi. Puis, le quintette s’envolera vers l’Europe, où une panoplie de festivals les attend en Italie, en Hongrie, en Autriche et en Allemagne, entre autres.

«C’était bon de retrouver notre public québécois, souligne le guitariste Sébastien Lefebvre. Les gens sont sympathiques, comme si on se connaissait depuis toujours. Pour nous, parler en français entre les chansons, c’est quelque chose qu’on fait rarement. Ça ajoute beaucoup de spontanéité.»

D’ailleurs, le guitariste promet plusieurs surprises pour le concert de mercredi, au Festivent. «On commence à roder notre nouveau spectacle», fait savoir le guitariste.

Changer sans se dénaturer

Pendant les quatre années où le groupe n’a pas sorti de nouveau matériel (sauf un EP «pour satisfaire les fans»), les membres de Simple Plan ont été occupés à tourner à travers le monde et à faire des projets en solo. Sébastien Lefebvre a d’ailleurs réalisé l’album de l’ex-académicienne Andee.

«On s’est permis une pause pour se remettre à écrire, confie-t-il. On prend notre temps, il nous a fallu un an pour être certains d’avoir de bonnes chansons. On en a écrit une bonne soixantaine et on est allés quelques mois en studio.»

Évidemment, les membres de Simple Plan ont vieilli, et Sébastien Lefebvre confie qu’il y aura des chansons «très familiales» sur le prochain album. Mais comme on l’entend sur le nouvel extrait Saturday, le groupe ne s’est pas dénaturé et garde son identité musicale très festive et pop rock.

«On a exploré un peu, on s’est lancés à gauche et à droite, raconte le guitariste. Oui, il y a des chansons rock, rapides, aux mélodies accrocheuses, et aussi quelques chansons où on essaie des choses. Mais ça sonne comme du Simple Plan. La voix de Pierre [Bouvier, photo] ramène tout ça, c’est familier. On ne fait pas de 180 degrés, mais on essaie de nouvelles choses.»

Après la sortie de l’album, prévue cet automne, Simple Plan prévoit une longue tournée mondiale et québécoise.

Dans un studio à L.A.

C’est nul autre qu’Howard Benson qui a réalisé l’album du groupe québécois dans son studio de Los Angeles. Le producteur américain est associé à des noms tels que My Chemical Romance, Papa Roach, All American Reject, Kelly Clarkson, Bon Jovi, Adam Lambert et plusieurs autres.

«On aime travailler à Montréal, puisqu’on voyage tellement souvent d’habitude, a dit Sébastien Lefebvre. On essaie toujours de faire une bonne partie de l’album à Montréal; ç’a été le cas pour le deuxième, le troisième, même le quatrième... Ce coup-ci, on a choisi un réalisateur de Los Angeles. On voulait venir à Montréal, mais c’était le mois de mars.

On s’est demandé où il faisait le plus beau au mois de mars entre le Québec et la Californie... Le choix n’a pas été difficile!»

  • Simple Plan sera en spectacle le 29 juillet au Festivent de Lévis. The Garlics assurera la première partie.

AUSSI SUR SCÈNE

Karim Ouellet et Misteur Valaire, jeudi 30 juillet

Même s’il est en pleine préparation de son prochain album, Karim Ouellet prendra d’assaut la scène de Lévis à 20 h, tout juste avant ses bons amis, les gars de Misteur Valaire (photo). Le jeune auteur-compositeur-interprète présentera son spectacle complet, où il promet presque l’intégralité de l’album Fox, et il sera accompagné de plusieurs musiciens, dont trois choristes et des cuivres. Il sera de retour sur scène un peu plus tard avec ses amis, avec qui il a d’ailleurs collaboré sur la chanson L’amour est un monstre. Guillaume Beauregard assurera la première partie.

3 Doors Down, vendredi 31 juillet

Il y a 10 ans que le quintette américain 3 Doors Down n’a pas donné de spectacle à Québec. Le groupe, reconnu pour sa chanson Here Without You, sera de retour à Lévis à l’occasion du Festivent. En 20 ans de carrière, le groupe a vendu 16 millions d’albums à travers le monde et il prépare actuellement son sixième opus. Une dynamique nouvelle s’est installée au sein de 3 Doors Down après le départ de deux de ses membres, Todd Harrell et Matt Roberts, qui ont été remplacés. Le groupe a donc un nouveau guitariste et un nouveau bassiste. C’est le groupe québécois We Are Harlot qui jouera en première partie.

Pennywise, dimanche 2 août

Le Festivent se terminera dimanche avec un des groupes majeurs du punk des années 90, Pennywise, qui a suivi les pas de Bad Religion, Green Day et The Offspring dans le courant dominant du rock moderne. Les Californiens s’amènent à Québec avec les pièces qui ont fait leur renommée en plus de 20 ans, mais aussi avec les chansons de leur dernier album lancé en 2014, Yesterdays. Cet album a d’ailleurs marqué le retour du chanteur original Jim Lindgerg au sein de la formation. Le groupe Face to Face assurera la première partie.

Life In Color, samedi 1er août

Life in Color se décrit comme étant le «World’s Largest Paint Party». Préparez-vous à vous faire asperger de peinture multicolore en dansant au rythme de plusieurs DJ de musique électronique, dont Dannic et Zaxx. Le concept a vu le jour en 2006 et c’est plus de 500 000 billets qui sont vendus annuellement aux États-Unis pour Life in Color. La nouvelle tournée, The Big Bang, a plus de 600 représentations à son actif. Life in Color promet des effets visuels à couper le souffle: il s’agit d’enfiler un vieux chandail blanc pour tenter l’expérience.