/news/politics
Navigation

Labeaume froid à de nouvelles fusions

Coup d'oeil sur cet article

Le maire Labeaume n’est pas chaud à l’idée de nouvelles fusions dans la région, comme l’a évoqué cette semaine le ministre Pierre Moreau.

Le ministre des Affaires municipales envisage des incitatifs financiers pour éviter aux municipalités qui décideraient de se regrouper d’être pénalisées sur certains programmes gouvernementaux.

Dans la région, le cas de Saint-Augustin-de-Desmaures a été évoqué, mais Régis Labeaume s’est montré plutôt froid.

«Je suis bien prêt à écouter, mais je ne suis pas plus excité que ça», a-t-il laissé tomber en mêlée de presse jeudi.

Sébastien St-Jean/AGENCE QMI

«Mon problème, c’est qu’en 2016, (...) on va commencer à rembourser notre dette. On va avoir reviré le paquebot de bord et financièrement, on va être une des seules grandes villes à commencer à rembourser sa dette», a-t-il expliqué.

Il a donc peu envie de se retrouver à éponger la dette d’une autre ville. «Honnêtement, à partir du moment où nous autres on a reviré le paquebot de bord et qu’on commence à rembourser la dette, je n’ai pas le goût de prendre de risques pour augmenter la dette encore une fois. On travaille depuis sept ans pour arriver à ce résultat-là», a dit M. Labeaume.

Services regroupés

Il demeure ouvert à discuter d’une éventuelle fusion, à condition qu’il y ait quelque chose d’intéressant en retour pour la Ville de Québec, au-delà d’un regroupement de services. «À un moment donné, les services, il faut que ça se paye même si on les partage avec d’autres. Alors, est-ce qu’on veut fusionner, ou juste fusionner les services? C’est un jeu de mots», dit-il.

Plus tôt cette semaine, le nouveau maire de Saint-Augustin-de-Desmaures, Sylvain Juneau, a réitéré n’être pas intéressé à se relancer dans un débat de refusion, alors que les comptes de taxes de ses citoyens viennent d’augmenter de 25 %.