/misc
Navigation

Objectif Rio pour les Canadiens

Andrew Wiggins
Photo d'archives Andrew Wiggins

Coup d'oeil sur cet article

L’équipe canadienne masculine participera, à compter de mardi prochain, au tournoi FIBA des Amériques avec l’objectif d’obtenir sa qualification pour les Jeux olympiques de 2016 au Brésil.

L’équipe canadienne masculine participera, à compter de mardi prochain, au tournoi FIBA des Amériques avec l’objectif d’obtenir sa qualification pour les Jeux olympiques de 2016 au Brésil.

La dernière participation aux Jeux olympiques de l’équipe nationale masculine remonte aux Jeux de Sydney en 2000. Elle avait alors terminé au septième rang.

Mais depuis 15 ans, les Canadiens ont été incapables de retourner au tournoi olympique.

La formation de l’entraîneur-chef Jay Triano pourrait bien mettre fin à cette disette alors qu’elle s’apprête à disputer le tournoi FIBA des Amériques, qui aura lieu du 31 août au 12 septembre au Mexique.

Ce tournoi de qualification pour les JO de Rio regroupera les 10 meilleures équipes du continent américain. Seule absence de taille, les États-Unis, qui ont déjà obtenu leur billet pour Rio en remportant le championnat mondial l’an passé.

Pour obtenir le privilège de disputer le tournoi olympique brésilien, le Canada devra terminer parmi les deux meilleures équipes du tournoi.

Toutefois, comme le Brésil est déjà assuré d’une place en tant qu’équipe hôte des JO, s’il termine parmi les deux finalistes au Mexique, les trois premières équipes iront automatiquement à Rio.

Exploit réalisable

Même si le Canada n’a atteint que le sixième rang lors des deux derniers tournois FIBA des Amériques de 2011 et 2013, ses chances d’obtenir son laissez-passer pour les prochains JO sont bonnes.

Contrairement aux années précédentes, la formation canadienne sera composée uniquement de joueurs de la NBA ou de joueurs qui jouent – ou joueront – professionnellement en Europe. Du jamais-vu pour le Canada sur la scène internationale.

Les cinq partants seront fort probablement le meneur Cory Joseph, qui vient de conclure une entente avec les Raptors de Toronto, Nik Stauskas, des 76ers de Philadelphie, Andrew Wiggins,des Timberwolves du Minnesota et recrue de l’année dans la NBA, Kelly Olynyk, des Celtics de Boston, et Anthony Bennett, également des T-Wolves.

Jeune et inexpérimentée

Bien que la formation canadienne sera athlétique et talentueuse, elle sera également l’une des plus jeunes et des plus inexpérimentées du tournoi.

En compétition internationale, le style de jeu est un peu différent de celui de la NBA. Il est moins rapide, moins explosif, plus tactique et plus cérébral. Les officiels permettent également un jeu plus physique. Le maximum de fautes permises par joueur est de cinq au lieu de six dans la NBA. La durée de jeu est de 40 minutes plutôt que 48 chez les pros.

Il sera donc intéressant de voir comment les jeunes surdoués canadiens réagiront face aux joueurs plus expérimentés des formations adverses.

De plus, les Canadiens n’ont pas eu énormément de temps pour bâtir leur cohésion puisque la majorité des joueurs n’avaient pas obtenu l’autorisation de leur équipe de la NBA pour participer aux Jeux panaméricains de Toronto.

Et pour se rendre jusqu’à la finale, ils devront jouer 10 matchs en 12 jours. Un grand défi, mais qui est pleinement à la portée du Canada.


Pour sa part, l’équipe canadienne ­féminine a assuré sa participation aux JO de Rio en remportant les grands honneurs lors du tournoi FIBA des Amériques disputé à Edmonton au ­début d’août.