/news/currentevents
Navigation

Écrasement près de Sept-Îles: l'identité des victimes dévoilée

Écrasement près de Sept-Îles: l'identité des victimes dévoilée
Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Les autorités ont dévoilé les identités des deux personnes qui ont perdu la vie dans l'écrasement d'hélicoptère survenu mercredi matin au nord de Sept-Îles. Il s'agit de Pierre-Michel Fontaine, 49 ans, de Québec, et de Blandine Pinette-Fontaine, 68 ans, de Sept-Îles.

Des autopsies seront pratiquées vendredi et les causes et circonstances des décès seront exposées dans les rapports du coroner qui seront rendus publics au cours des prochains mois, a laissé savoir le Bureau du coroner, jeudi matin.

La compagnie Héli-Nord a confirmé que c'est un jeune pilote, Gabriel Turbide, qui était aux commandes de l’hélicoptère qui s’est écrasé au nord de Sept-Îles. Il figure parmi les trois blessés.

Le pilote Gabriel Turbide
Facebook
Le pilote Gabriel Turbide

«C’est un pilote qualifié, ce n’est pas une personne de 60 ans, mais c’est un jeune pilote qui avait toutes les qualifications nécessaires», a dit au Journal Gilles Ross, propriétaire de l’entreprise Héli-Nord. Le pilote n’en était pas à son premier vol pour la jeune entreprise, qui est en activité depuis juin 2015.

Gabriel Turbide aurait gradué du Centre québécois de formation aéronautique en 2010-2011. Le pilote a été impliqué dans un autre écrasement d’hélicoptère en 2013, près de l’aéroport de Sept-Îles, mais il n’était pas aux commandes. Il était alors passager et en formation.

Un deuxième hélico sur place

Deux hélicoptères de la compagnie Héli-Nord étaient en direction de la rivière Nipissis, mercredi, pour transporter des gens, en vue de travaux à effectuer sur une passe migratoire à saumons. Cinq minutes avant le drame, le premier appareil s’était posé dans le même secteur. Ses occupants ont d’ailleurs porté secours aux gens du deuxième hélicoptère. «C’est eux qui ont porté secours avec les gens qui étaient en place. Il y avait cinq ou six personnes déjà sur place, en raison des travaux», a expliqué M. Ross.

Photo prise à Sept-Îles lors du rapatriement des personnes impliquées dans l'écrasement.
Photo collaboration spéciale, Emy-Jane Déry
Photo prise à Sept-Îles lors du rapatriement des personnes impliquées dans l'écrasement.

Ce dernier confirme que le problème semble être survenu lors de l’atterrissage. «C’est survenu au moment de l’atterrissage, exactement ce qui s’est produit, il est trop tôt pour tirer des conclusions, tant que les experts n’auront pas passé.»

Les gens du Bureau de la sécurité des transports sont attendus sur les lieux jeudi après-midi. «Toutes nos pensées sont avec les personnes qui sont affectées par la perte d’un être cher dans cet événement-là, on peut pas se détacher de ça. Ça nous habite à 100 % pour moment, pour le reste on verra dans le futur», a conclu Gilles Ross.