/news/currentevents
Navigation

Un chimiste «très débrouillard»

Coup d'oeil sur cet article

Un professeur de l’Université Laval qui a embauché l’accusé pour ses talents de chimiste dans les années 2000 se dit surpris de l’arrestation de Daniel Cozak, tout en reconnaissant les qualités du docteur qu’il qualifie de «très débrouillard».

 Ayant côtoyé Daniel Cozak professionnellement dans le cadre d’un projet bien spécifique, le professeur Alain Curodeau de l’Université Laval s’est dit «étonné» des accusations qui pesaient contre le docteur, lorsque joint par Le Journal. «C’était un chimiste à tout faire, mais je ne me serais pas attendu à ça de lui, je n’aurais pas pensé», a réagi à chaud le professeur.

M. Curodeau avait sollicité Cozak afin de trouver une façon de coller de l’aluminium sur du polymère. «Il avait développé ça pour nous autres, c’était un gars très débrouillard, se rappelle le professeur. Il trouvait des recettes et il les faisait.» Pourtant, rien ne laissait croire au professeur que l’ancien chargé de cours à l’université pouvait utiliser son talent à mauvais escient.

«C’était un gars sérieux, ça m’étonne. Il était sur le bord de la retraite et il avait un bon salaire ici. Je ne comprends par pourquoi il s’est ramassé dans ça, c’est un méchant risque», a-t-il réagi.

Nouvelle résidence reculée

Au Lac Baker, le seul voisin de la résidence achetée par le sexagénaire en mai ne se disait toutefois pas surpris de la perquisition survenue mercredi, refusant d’en dire plus. «Dans la vie, on doit se mêler de nos affaires», a simplement dit Laurent Bonenfant.

L’ex-professeur avait acheté la résidence isolée pour une bouchée de pain et avait aussitôt fait installer une barrière de sécurité à l’entrée, ce qui avait intrigué le voisinage. «Ça ne se fait pas vraiment en campagne», a souligné un voisin.

Peu de va-et-vient avait été observé sur le chemin Soucy, à deux kilomètres de la frontière québécoise au Nouveau-Brunswick.

Au village où la perquisition était le sujet de conversation mercredi, peu de gens avaient vu le chimiste depuis son arrivée au printemps.

Voisins tranquilles

Les voisins de la famille à Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier étaient aussi étonnés par l’annonce des arrestations.

«C’est une famille calme, des bons voisins. Ça m’étonne beaucoup», a raconté une voisine de la rue Louis-Jolliet, qui a préféré taire son identité. «Souvent, ils étaient partis longtemps», a-t-elle remarqué.

Même son de cloche chez un autre voisin. «Ici, c’est un quartier tranquille. J’aurais jamais pensé», a témoigné Charles Patoine.

— Avec la collaboration de Kathleen Frenette, Sophie Côté et Stéphanie Gendron, Collaboration spéciale


 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.