/entertainment/movies
Navigation

Roy Dupuis tourne à Québec

L’acteur dans un bar de la rue Saint-Jean

Coup d'oeil sur cet article

Au diable le glamour. Roy Dupuis affirme avoir eu un coup de cœur pour le scénario du film Les feuilles mortes, et c’est pourquoi il s’est retrouvé sur le plateau de tournage de ce long métrage à petit budget, cette semaine, dans la région de Québec.

«Ce n’est pas pour le cash que j’ai accepté. Et dernièrement, il n’y a pas grand-chose qui m’a donné le goût de travailler», assure Dupuis, à qui Le Journal a parlé entre deux prises.

Photo Le Journal de Québec, Didier Debusschère

C’est dans un bar sombre de la rue Saint-Jean, le Bateau de nuit, qu’on a retrouvé le comédien, vendredi, pour sa dernière de six journées de tournage. Barbe forte, look de coureur des bois, Roy Dupuis incarne un solitaire qui tente de survivre dans un monde post-apocalyptique.

Au barman à qui il demande des cartouches et à boire, son personnage appelé Bob offre un lièvre en échange. Deux clients lui cherchent noise en lui demandant une chanson à répondre. Le tout se terminera par une bagarre.

«J’aime l’aspect cowboy du film. C’est un film qui présente une réalité dure et violente. Ça fait en sorte que l’humanité ressort encore plus dès qu’on voit une parcelle d’un geste plus tendre, plus humain», confie Dupuis.

Photo Le Journal de Québec, Didier Debusschère

Impressionné

Les feuilles mortes est le collage de trois courts métrages réalisés par trois cinéastes. La portion impliquant Dupuis était sous la houlette de Steve «Carnior» Landry.

«Au début, sa présence est intimidante, mais après, on l’oublie. On voit qu’il a beaucoup d’expérience. Il a un bon œil pour les petits détails et il est très juste dans le jeu. Ça m’impressionne», dit Carnior.

La vedette du film apprécie l’ambiance sur le plateau.

«Tout est plus léger. On revient à la base. Il y a quelque chose que j’aime là-dedans. On fait tous un petit peu de tout. Les gens sont fiers d’être là et ont l’air contents du résultat. Tout ça encourage à continuer même si les journées sont plus chargées qu’une journée normale en cinéma», soumet Roy Dupuis.

Coréalisé par Édouard Tremblay et Thierry Bouffard, Les feuilles mortes devrait prendre l’affiche à l’été 2016.