/opinion/columnists
Navigation

Enseigner, le pire métier du monde ?

Coup d'oeil sur cet article

Chers enseignants des écoles publiques, pourriez-vous cesser de vous plaindre sans arrêt? À vous entendre, on dirait souvent que vous occupez le pire emploi au monde. Le pire emploi avec les pires conditions de travail.

Chers enseignants des écoles publiques, pourriez-vous cesser de vous plaindre sans arrêt? À vous entendre, on dirait souvent que vous occupez le pire emploi au monde. Le pire emploi avec les pires conditions de travail.

Quand vous essayez d’annuler l’Halloween dans une école, ne nous faites pas croire que c’est «pour les enfants» que vous le faites.

En faisant ça, vous faites passer tous les enseignants pour des braillards, vous tuez votre message.

Si le gouvernement vous proposait de belles augmentations de salaire, ça ne vous traverserait même pas l’esprit d’empêcher nos enfants d’avoir un peu de «fun» à l’école en se déguisant.

Avec une belle augmentation sur la table, vous sortirez votre costume de sorcière ou de Batman et nos enfants auraient les yeux brillants en vous voyant!

Stage à l’hôpital

Ce n’est pas écrit dans votre convention collective qu’il faut fêter l’Halloween à l’école? Si vous pensez comme ça, vous n’avez certainement pas choisi la bonne carrière.

Si vous pensez comme ça, faites de l’air et changez de domaine!

Quand je vous entends vous plaindre de vos conditions, du stress que vous

vivez avec les enfants en difficulté, j’aurais le goût de vous envoyer passer une journée à travailler dans un hôpital avec des enfants qui subissent des traitements de chimiothérapie.

Même les infirmières qui se tapent des 16 heures de travail aux soins intensifs pédiatriques avec des enfants malades ont l’air d’aimer plus leur «job» que vous, par moments.

Vous trouvez ça difficile de travailler avec des enfants en difficulté d’apprentissage? Vous refilez ces tâches aux enseignants ayant moins d’ancienneté que vous? Vous voulez tous une belle classe facile, question de ne pas vous casser la tête? Vous devriez avoir honte de cette pratique, ce n’est pas pour ça qu’on vous paye.

La grève

Et si vous faites la grève le 27 octobre, ce sera pour défendre VOS intérêts. VOS intérêts et ceux des autres fonctionnaires.

Votre salaire, c’est ce qui compte pour vrai à vos yeux.

Lâchez-nous avec votre pleurnichage sur «les services aux élèves.» Si c’était vraiment ça votre priorité, vous dénonceriez les décisions prises par les commissions scolaires au lieu de les défendre.

Et en passant, ce n’est pas en faisant la grève que vous allez mettre de votre bord ceux qui paient vos salaires, les parents.

Rendre des comptes

Vous voulez gagner de gros salai­res parce que vous avez de grandes responsabilités?

Parfait! Que diriez-vous de rendre des comptes à la société? Que diriez-vous de rendre des comptes à un ordre professionnel?

Que diriez-vous d’avoir à expliquer vos fautes professionnelles devant un comi­té de discipline?

Comme les médecins, les infirmières, les avocats.

Que diriez-vous d’être évalués sur vos performances?

Vous savez pourquoi beaucoup de parents s’endettent ou se tuent à l’ouvrage pour payer l’école privée à leurs enfants?

Parce que nos enfants ne s’y feront pas écœurer par des revendications syndicales.

Parce que nos enfants ne s’y feront pas écœurer par des chaînes humaines pour dénoncer les compressions du gouvernement à la rentrée. Parce que nos enfants vont pouvoir y fêter l’Halloween en paix. Comme des enfants.