/news/society
Navigation

Un «rendez-vous international» à Québec pour la fondation du Réseau des villes francophones et francophiles d’Amérique

Trois ministres du gouvernement Couillard (Christine St-Pierre, Jean-Marc Fournier et Sam Hamad) ont participé à l'annonce faite mardi après-midi par le maire Régis Labeaume.
Photo Journal de Québec, Jean-François Desgagnés Trois ministres du gouvernement Couillard (Christine St-Pierre, Jean-Marc Fournier et Sam Hamad) ont participé à l'annonce faite mardi après-midi par le maire Régis Labeaume.

Coup d'oeil sur cet article

Investissant 50 000 $ pour organiser le congrès de fondation du Réseau des villes francophones et francophiles d’Amérique, du 29 au 31 octobre, la Ville de Québec dit cibler une clientèle potentielle de 11 millions de locuteurs francophones américains.

«C’est une vision intéressante, mais ce qui nous manque, c’est le lendemain du 31 octobre. Quels seront les résultats concrets?» a demandé le chef de l’opposition à l’hôtel de ville, Paul Shoiry. Cette interrogation a littéralement fait bondir le maire Labeaume de sa chaise, mardi soir, lors du conseil municipal. «Si tout était sûr demain matin, on ne ferait rien», a-t-il vivement réagi.

Fin octobre, quelque 335 personnes – dont 80 représentants de villes d’Amérique – participeront à la fondation du Réseau. L’annonce en a été faite mardi par le maire de Québec et par trois ministres, soit Jean-Marc Fournier, Sam Hamad et Christine St-Pierre.

Le congrès de fondation comprendra des conférences, ateliers et rencontres de travail à l’intention des maires, de représentants municipaux et d’organismes publics et privés. Le ministre Fournier a proposé que la création d’un circuit touristique de la francophonie canadienne constitue le legs du gouvernement fédéral, en 2017, à l’occasion du 150e anniversaire du Canada.

Sam Hamad a parlé de Québec comme d’un «leader en matière de francophonie canadienne». De son côté, la ministre St-Pierre s’est félicitée du fait que le nouveau Réseau «permette le rapprochement des villes francophones et francophiles dispersées à travers l’Amérique».

Le lancement du Réseau coûtera 300 000 $, dont 50 000 $ à la charge de la municipalité.