/news/health
Navigation

Regroupement pour une meilleure qualité de vie

Coup d'oeil sur cet article

La Société canadienne de sclérose en plaques et trois autres organismes unissent leur force afin que le gouvernement québécois mette sur pied un réseau d'hébergement adapté aux besoins des personnes ayant une maladie neurologique évolutive.

Des représentants de la Société de canadienne de sclérose en plaques, division du Québec, de Dystrophie musculaire Canada, de Parkinson Québec et de la Société de la sclérose latérale amytrophique du Québec seront à l'Assemblée nationale, jeudi, afin de sensibiliser les parlementaires à leur cause.

Lorsque le moment d'aller en hébergement devient inévitable pour les personnes atteintes de maladie neurologique évolutive, les options sont trop peu nombreuses et souvent inadéquates, déplore-t-on.

Dans leur mémoire qui sera déposé, jeudi, à l'Assemblée nationale, ces organisations proposent d'apporter des modifications à l'organisation des CHSLD, afin de mieux répondre aux besoins de ces personnes souvent âgées de moins de 65 ans.

«On suggère entre autres de prévoir des étages réservés pour ces personnes dans les CHSLD ou encore la création de résidences alternatives», soumet le directeur général de la Société canadienne de la sclérose en plaques, division du Québec, Louis Adam.

Les organismes préconisent également le rehaussement des ressources pour le maintien à domicile des personnes souffrant d'une maladie neurologique évolutive, ainsi que davantage d'aide aux proches aidants.

«Il faut augmenter les crédits d'impôt. Le proche aidant qui arrête de travailler pour soutenir une personne atteinte voit ses cotisations à la Régie des rentes du Québec être diminuées. On devrait appliquer une cotisation moyenne pour ces proches aidants», prône M. Adam.