/finance
Navigation

Pas d’austérité au Québec, selon la Banque Nationale

Carlos Leitao
Photo d'Archives «Il y a la rigueur budgétaire. J'aime mieux utiliser ce terme-là. L'austérité ça conjure toutes sortes d'images très négatives», a dit à TVA Nouvelles Carlos Leitao, le ministre des Finances.

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Couillard contrôle attentivement les dépenses de l’État depuis son élection, en avril 2014. La discipline budgétaire des Libéraux soulève la grogne de nombreux groupes au sein de la société civile, qui dénoncent l’austérité en vigueur à Québec.

«Il y a la rigueur budgétaire. J'aime mieux utiliser ce terme-là. L'austérité ça conjure toutes sortes d'images très négatives», a dit à TVA Nouvelles Carlos Leitao, le ministre des Finances.

Une étude réalisée le mois dernier par la Banque Nationale semble donner raison au gouvernement du Québec, qui soutient depuis des mois que la province ne traverse pas une période d’austérité budgétaire.

«On continue d'avoir une croissance des dépenses qui en plus est légèrement au-dessus de l'inflation, alors qu'en Ontario et en Alberta on peut constater une diminution des dépenses», a dit à TVA Nouvelles Stéfane Marion, économiste en chef à la Banque Nationale.

Le document de la Banque Nationale montre que l’État québécois a réduit la croissance de ses dépenses de programmes de 3,2% en 2011-2012 à 1,5% en 2015-2016.

En Ontario, les dépenses ont été abaissées de 0,4% en 2012-2013. Cette année, elles vont croître de 1,4%, l’an prochain de seulement 0,1% et en 2017-2018, elles devraient chuter de 0,5%.

L’Alberta sera aussi en mode compression à compter de l’an prochain. Les dépenses devraient chuter de 3,4% en 2016-2017, et de 0,2% en 2017-2018. Par contre, cette année le gouvernement albertain doit accroître ses dépenses de programmes de 3,7%.

«Quand on compare avec d'autres provinces, il serait faux de dire que le Québec voit une coupure de dépenses qui s'associe à l'austérité», a poursuivi Stéfane Marion.

Carlos Leitao soutient que le gouvernement doit tout de même faire des choix. «Il y a des compressions pour ralentir le rythme de la croissance des dépenses», a dit le ministre des Finances.

Selon la Banque Nationale, la rigueur budgétaire ne plombera pas l’économie québécoise. L’institution est davantage préoccupée par le fait que peu d’entreprises décident de s’établir au Québec et que les autres investissent peu dans la province. Stéfane Marion observe que le fardeau administratif des entreprises semble plus lourd au Québec que dans les autres provinces. 

«On essaie de les stimuler, de les aider par des mesures fiscales par des mesures de main d'œuvre», a commenté Carlos Leitao.

Le vieillissement de la population et la capacité d'intégration des immigrants au marché du travail sont d’autres facteurs qui préoccupent. Les données de la Banque Nationale montrent que la population active est plus âgée au Québec que dans l’ensemble du Canada.

Quant au taux de chômage chez les immigrants qui parlent le français, il est de 24,7% à Montréal, par rapport à 14,2% à Toronto. «Une des raisons qui expliquent ça c'est le manque de reconnaissance de nos immigrants», a déploré Stéfane Marion.

Pour le moment, Carlos Leitao dit que l’économie québécoise n’est pas trop mal en point. Il présentera une mise à jour économique avant la fin de l’année.

- Avec la collaboration d’Alain Laforest