/news/politics
Navigation

Un non ferme à l’austérité

Les Québécois ne sont pas favorables à la ligne dure du gouvernement pour équilibrer les finances

Coup d'oeil sur cet article

Les Québécois disent non à l’austérité et appuient les syndicats du secteur public dans le bras de fer qui les oppose au gouvernement Couillard.

La majorité des Québécois (54 %) désapprouvent les mesures d’austérité imposées par les libéraux pour retrouver l’équilibre budgétaire, révèle un sondage Léger/Le Journal-Le Devoir. Près d’une famille sur deux se dit personnellement touchée par les compressions.

Une forte proportion des personnes sondées estime que le gouvernement Couillard gère bien mal les négociations avec les employés de l’État pour le renouvellement de leur convention collective. Les syndicats bénéficient d’ailleurs de l’appui d’une majorité de citoyens.

«C’est un message pour le ministre Martin Coiteux: s’il tient la ligne dure, les Québécois ne sont pas derrière lui, les Québécois sont du côté des enseignants, sont contre l’austérité, les gens veulent que le gouvernement trouve une solution», analyse le sondeur Jean-Marc Léger.

Libéraux en tête

Ni le Parti québécois ni la Coalition avenir Québec ne réussissent cependant à profiter de la hausse du taux d’insatisfaction (60 %) à l’égard des troupes de Philippe Couillard. Le Parti libéral garde la tête avec 35 % des intentions de vote.

Les péquistes de Pierre Karl Péladeau sont stables à 32 % d’appuis, suivis par les caquistes (20 %) et Québec solidaire (10 %).

Avec un faible taux d’appuis chez les francophones, «le vote libéral est fragile et connaît une tendance dangereuse», selon le président de la firme Léger. «Mais malgré la difficulté, le PQ n’a pas réussi à grimper à ce moment-ci. Les prochaines semaines, les prochains mois seront déterminants», dit-il.

Constitution

Si le «virage nationaliste» de François Legault ne permet pas pour le moment à la CAQ de faire des gains, il touche néanmoins une fibre sensible.

Une majorité (52 %) de répondants souhaite la réouverture des discussions constitutionnelles avec Ottawa.

«Les Québécois sont peut-être mûrs pour une ouverture du débat constitutionnel», une première depuis 1995, observe le président de la firme Léger.

Justin Trudeau enchante toujours le Québec

La lune de miel se poursuit pour le nouveau premier ministre canadien Justin Trudeau.

Critiqué pour sa réaction aux attentats de Paris, le chef du Parti libéral du Canada enchante toujours une majorité de Québécois, révèle un sondage ­Léger/Le Journal-Le Devoir.

Un mois après le scrutin fédéral, 57 % des répondants se disent satisfaits de l’élection majoritaire du gouvernement Trudeau.

«Le peuple est content. Les Québécois sont contents. Même les péquistes sont satisfaits de Justin Trudeau», observe le sondeur Jean-Marc Léger.

Impôts

Les citoyens sont impatients de voir leur taux d’imposition diminuer de 22 % à 20,5 %, comme l’a promis Justin Trudeau en campagne électorale. Une majorité (53 %) de gens demande que cet engagement soit une priorité du nouveau gouvernement fédéral libéral.

Les autres promesses du PLC suscitent beaucoup moins d’engouement. Si elle a fait couler beaucoup d’encre durant la dernière campagne électorale, la légalisation de la marijuana est une priorité pour très peu (9 %) de Québécois.

À l’aube de la Conférence de Paris sur les changements climatiques, le renouvellement de la position canadienne sur les émissions de gaz à effet de serre n’est pas non plus prépondérant aux yeux de beaucoup de répondants (16 %).