/misc
Navigation

Dépassements de coûts planifiés?

Coup d'oeil sur cet article

Il semble que les chantiers routiers n’aient pas le monopole des dépassements de coûts. Depuis 2010, la rémunération des médecins nous a coûté 416,7 millions de plus que prévu.

Le premier ministre nous assure que des actes médicaux ont été livrés en échange de cet argent. Il a raison. Les médecins n’ont donc rien volé. Le problème est plutôt que le gouvernement a fait de mauvaises prévisions qui sous-estimaient la rémunération future des médecins.

Erreur volontaire?

On est en droit de se demander si cette erreur de prévision n’était pas volontaire. Si le gouvernement n’a pas tout simplement induit les contribuables en erreur, pour leur faire avaler les augmentations salariales des médecins.

Pour financer ces augmentations, le gouvernement a dû ajouter de l’argent dans les «enveloppes budgétaires» de la RAMQ. C’était une chose difficile à faire politiquement parlant. Les médecins font déjà énormément d’argent, et ils n’ont pas la cote auprès des électeurs.

En sous-estimant volontairement la rémunération globale des médecins, les hausses de salaire devenaient plus faciles à vendre. Les médecins auraient l’air de coûter moins cher en théorie que dans la réalité.

Les contribuables seraient mis devant le fait accompli seulement plus tard, une fois que les coûts auraient explosé et que les médecins auraient été payés.

Entente blindée

Le rapport de la vérificatrice générale renforce cette hypothèse. Il soutient que le gouvernement avait toute l’information pour faire de bonnes prévisions.

Les médecins spécialistes, eux, avaient prévu le coup et ont blindé leur entente avec Québec. Celle-ci stipule que les dépassements des enveloppes allouées ne pouvaient pas compromettre leurs augmentations salariales.

Et si les médecins spécialistes ne dépensent pas toute leur enveloppe budgétaire une année donnée, ils conservent l’argent pour l’année suivante. Ils sont donc gagnants à tout coup. Le budget qui sert à payer les spécialistes est devenu, en somme, un minimum!

La conséquence: il est trop tard pour corriger la situation. Même si le gouvernement rectifie ses prévisions, les hausses de salaire des médecins ne seront pas remises en question. Les médecins ont donc déjà gagné et le contribuable s’est fait rouler dans la farine.

Manque de contrôles

Autre fait qui renforce l’hypothèse des dépassements de coût volontaires: le gouvernement et les médecins savaient pertinemment que la RAMQ ne mettrait pas d’efforts pour éviter les débordements.

Entre 2010 et 2014, la vérificatrice générale note qu’aucune mesure corrective n’a été appliquée pour que les dépassements cessent. D’autre part, elle souligne que les factures présentées par les médecins à la RAMQ sont inadéquatement contrôlées. Bref, la caisse était donc grande ouverte pour les médecins, avec les résultats qu’on connaît.

La RAMQ reçoit 55 millions de demandes de paiement de la part des médecins chaque année. Il me semble que c’est suffisant pour vouloir contrôler étroitement ce qui s’y passe.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.