/news/health
Navigation

Liam a été réanimé après 30 minutes

Un enfant de 3 ans a survécu après 30 minutes de massage cardiaque, sans grandes conséquences

Liam va beaucoup mieux et ne devrait pas garder de séquelles. Avec lui, son père, Charles Clayman.
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean Liam va beaucoup mieux et ne devrait pas garder de séquelles. Avec lui, son père, Charles Clayman.

Coup d'oeil sur cet article

Un garçon de 4 ans qui était cliniquement décédé a été réanimé... après 30 minutes de massage cardiaque.

«C’est incroyable, il est vraiment béni, dit Véronique Aglat, mère de Liam qui vient de fêter ses 4 ans. Il est chanceux d’avoir eu une fête cette année.»

Liam va beaucoup mieux et ne devrait pas garder de séquelles. Avec lui, son père, Charles Clayman.
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean

Simple gastro?

Au début du mois de juin dernier, la vie de ce petit garçon en pleine forme a complètement basculé. Il était aux prises avec de graves vomissements et ses parents étaient convaincus qu’il souffrait d’une simple gastro.

«On a deux enfants, on en a vu, des gastros», rappelle la mère.

Après trois jours, Liam ne pouvait toujours rien avaler et ses parents l’ont amené à l’urgence. Rassurant, le médecin de l’urgence de l’Hôpital de Montréal pour enfants l’a renvoyé à la maison. Diagnostic: gastro. Mais deux jours plus tard, rien ne s’améliorait.

«Il était super déshydraté et il n’allait pas à la selle. Alors on l’a ramené à l’hôpital!» raconte Mme Aglat.

Alors que les médecins intubaient Liam pour le réhydrater, le petit patient a fait un arrêt cardiaque.

«Il était très fragile et très déshydraté. Avec le stress, son cœur s’est complètement arrêté», explique la Dre Tanya Di Genova, qui a fait le massage cardiaque à Liam.

«Il était décédé»

«J’ai capoté quand mon mari m’a appelée, j’ai crié tellement fort, raconte la mère. Je ne comprenais pas. On ne réalisait pas à quel point c’était grave.»

Après 30 minutes d’arrêt cardiaque, le petit cœur a enfin recommencé à battre.

«L’enfant était décédé, mais son cœur a recommencé après 30 minutes», dit la Dre Di Genova.

Rapidement, les médecins ont constaté que Liam était atteint d’une invagination intestinale aiguë, c’est-à-dire qu’une partie de l’organe pénétrait dans une autre section.

Il a été opéré d’urgence et le chirurgien lui a retiré 40 centimètres d’intestin.

Au total, Liam est demeuré hospitalisé plus d’un mois. Des semaines qui n’ont pas été de tout repos.

«Il était super enflé, il a attrapé des virus, le C. difficile, il a eu deux pneumothorax, énumère la mère. Mais les médecins nous ont toujours dit la vérité. On nous a souvent dit qu’il se pouvait qu’il ne passe pas la prochaine heure.»

Tout au long de l’hospitalisation, les parents avaient été préparés au fait que Liam aurait des séquelles.

«Juste qu’il vive»

«Mais à ce moment-là, tu t’en fous.

Tu veux juste qu’il vive», dit la mère.

En raison de son état, Liam a été le dernier enfant hospitalisé à l’Hôpital de Montréal pour enfants à être transféré au site Glen, qui a ouvert ses portes le 24 mai dernier.

Et six mois plus tard, Liam s’en est sorti sans véritables conséquences.

«Il parle lentement et il s’enfarge parfois quand il court, mais j’ai vraiment l’impression qu’il est en pleine forme, constate la mère, qui souhaite que l’article aide à conscientiser les parents. C’est aussi ça, le miracle.»

Liam va beaucoup mieux et ne devrait pas garder de séquelles. Avec lui, son père, Charles Clayman.
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean
  • Liam Aglat-Clayman
  • 4 ans
  • Montréal
  • Invagination de l’intestin
  • Hôpital de Montréal pour enfants

«On a vraiment failli le perdre. Je lui ai même dit à un certain moment qu’il pouvait partir s’il le souhaitait. Il est béni. » –Véronique Aglat, mère