/news/education
Navigation

Un cégep sur deux en déficit

Un nombre deux fois plus élevé d’établissements ont fini l’année dans le rouge

Quebec
Photo Le Journal de Québec, Stevens LeBlanc Au cégep de Sainte-Foy, le manque à gagner au 30 juin 2015 est de 900 000 $.

Coup d'oeil sur cet article

La moitié des 48 cégeps de la province ont terminé la dernière année en déficit, même si la loi leur interdit d’inscrire un bilan à l’encre rouge, a appris Le Journal.

Il s’agit d’un nombre deux fois plus élevé que l’année précédente, alors que 12 cégeps étaient en déficit pour un total de 4 millions $. Pour l’année 2014-2015, les 24 cégeps déficitaires accusent un manque à gagner de 8 millions $, selon le bilan de la Fédération des cégeps.

«Vous nous avez entendus dire à plusieurs reprises que les compressions faisaient mal, les chiffres parlent d’eux-mêmes», lance son président, Bernard Tremblay. Depuis cinq ans, les cégeps ont été privés de 155 millions $, toujours selon la Fédération.

La situation financière s’est considérablement aggravée, même s’ils ont dû faire des compressions dans les services aux étudiants, fait remarquer M. Tremblay: «Ça témoigne que les temps sont extrêmement difficiles.»

Parmi les cégeps qui inscrivent leur budget à l’encre rouge, six d’entre eux doivent s’entendre avec le gouvernement sur un plan de redressement puisqu’ils ne disposent d’aucun surplus pour combler le manque à gagner.

« Bas de laine »

Les autres cégeps pourront éviter ce mécanisme grâce à leur «bas de laine» accumulé au fil des ans, comme les cégeps du Vieux-Montréal et de Sainte-Foy.

«On est dans une situation extrêmement difficile. On veut préserver la qualité de ce que nous faisons, mais en même temps on a à assumer les coupes. On est toujours devant des choix extrêmement déchirants», affirme la directrice du cégep de Sainte-Foy, Carole Lavoie.

En raison des compressions, le cégep de Sainte-Foy a dû réduire les heures d’ouverture de sa bibliothèque et diminuer le nombre de comités et d’activités offerts aux étudiants.

De son côté, Bernard Tremblay rappelle que la marge de manœuvre des cégeps est mince, puisque près de 80 % des dépenses sont incompressibles, comme les salaires par exemple.

« On nous enlève des moyens »

M. Tremblay se désole par ailleurs que les compressions imposées au réseau collégial nuisent au développement de solutions innovatrices pour les entreprises, à l’intégration des immigrants en région par le biais de leur passage au cégep ou encore à l’adéquation entre la formation et le marché du travail. «On nous enlève des moyens présentement alors qu’on devrait nous en donner plus.»

Au cabinet du ministre de l’Enseignement supérieur, François Blais, on indique que les surplus accumulés dans le réseau collégial s’élèvent à 71 millions $. La baisse démographique peut aussi expliquer en partie les difficultés financières de certains cégeps, particulièrement en région, ajoute son attachée de presse, Julie White.

Dans le rouge

24 cégeps en déficit au 30 juin 2015 (sur un total de 48)

8 M$ de manque à gagner

155 M$ de compressions depuis cinq ans