/news/provincial
Navigation

Projet immobilier de 70 M$ près du mont Sainte-Anne

Un terrain de 1,5 million de pi2 accueillera les constructions

Coup d'oeil sur cet article

Un projet immobilier de 70 millions $ est en train de voir le jour dans le secteur de Saint-Ferréol-des-Neiges, à deux pas du mont Sainte-Anne.

Le projet résidentiel Le Legs des Pionniers mené par les Habitations Boivin sera d’ailleurs lancé officiellement jeudi. Un point de presse a été convié par le promoteur.

«Pour l’heure, une trentaine de terrains ont été vendus et le projet prend tranquillement sa forme au pied de la montagne», a indiqué mercredi au Journal la mairesse de Saint-Ferréol, Parise Cormier.

Les Habitations Boivin prévoit construire au cours des prochaines années quelque 175 maisons unifamiliales, jumelées et en copropriété dont les prix varient entre 180 000 $ et un million $.

Ce projet résidentiel s’active sur d’anciens terrains (1,5 million de pieds carrés) de la Société des établissements de plein air (SEPAQ) acquis en 2013 par le promoteur.

Selon la mairesse de Saint-Ferréol, une entente est intervenue avec les résidents du secteur pour leur permettre notamment un accès en tout temps au lac du Mont-Sainte-Anne.

Le projet résidentiel est d’ailleurs divisé en deux sections, avec des terrains offerts dans les secteurs du versant (champêtre et montagnard) et du lac (contemporain).

Clientèle étrangère

Sur son site web, le promoteur ne cache pas que le type d’habitations offertes par le Legs des Pionniers risque d’attirer une clientèle de l’extérieur de Québec.

Il entend d’ailleurs miser sur les marchés de Montréal, d’Ottawa et de Toronto avec comme acheteurs ciblés autant les préretraités que les professionnels âgés environ de 35 à 50 ans.

Rien au Massif

Ce projet immobilier tout près du mont Sainte-Anne arrive alors que celui annoncé en grande pompe il y a deux ans au Massif de Charlevoix tarde à prendre son envol.

Aux dernières nouvelles, la première phase du projet immobilier de 150 millions $ du Groupe Le Massif qui devrait prendre pied au bas de la montagne à Petite-Rivière-Saint-François n’a toujours pas obtenu le feu vert des autorités.