/slsj
Navigation

Convaincus qu’il existe une autre solution

Le projet qui souhaite agrandir le site où sont disposés les résidus de bauxite déplaît à certains

Le projet est divisé en deux phases: l’augmentation de la hauteur du site actuel de 30 mètres, avec la construction d’une usine de filtration et la mise en place d’un nouveau site de dépôt de résidus de bauxite.
Photo courtoisie Le projet est divisé en deux phases: l’augmentation de la hauteur du site actuel de 30 mètres, avec la construction d’une usine de filtration et la mise en place d’un nouveau site de dépôt de résidus de bauxite.

Coup d'oeil sur cet article

Les opposants au projet de Rio Tinto, qui souhaite agrandir l’actuel site où sont disposés les résidus de bauxite de l’usine Vaudreuil, sont convaincus qu’il existe des «solutions de rechange acceptables et durables».

Le projet d’expansion, situé en plein cœur des sentiers du boisé Panoramique, ne fait pas l’unanimité.

Le comité de Citoyens pour un Vaudreuil Durable (CVD) travaille, depuis quelques semaines, afin de comprendre les impacts sociaux, environnementaux et les risques pour la santé.

«Il y a lieu de s’inquiéter lorsqu’on vous propose d’entreposer des milliers de tonnes de résidus toxiques contenant de forte teneur en arsenic, thorium, plomb et uranium à 500 mètres des résidences», explique la présidente, Lana Pedneault.

Le comité s’inquiète puisque 7000 résidences sont situées autour du site actuel et du futur site de disposition de résidus de bauxite de l’usine Vaudreuil.

SENSIBILISATION

Le CVD a rencontré les élus du Saguenay et plusieurs citoyens afin de les sensibiliser aux impacts du projet.

Les membres considèrent que la valeur des résidences voisines diminuera, que les citoyens seront dérangés par le bruit des camions et de l’usine de filtration, en plus de perdre des espaces verts convoités par les cyclistes.

«En construisant ce dépotoir industriel dans la cour arrière des citoyens, Rio Tinto change unilatéralement les règles du jeu et cause un préjudice majeur à ces citoyens», mentionne Mme Pedneault.

Le comité est convaincu qu’il existe une meilleure alternative pour disposer des résidus de bauxite.

«Notre volonté est de trouver des solutions de rechange pour léguer un territoire sain et un environnement où il fera bon vivre aux générations futures».

Le CVD a demandé des études indépendantes et il a posé des questions à des élus, mais «les réponses tardent à venir».

LA MEILLEURE OPTION

De son côté, Rio Tinto confirme que le site du Panoramique est la meilleure solution pour disposer de ses résidus de bauxite après 2022.

La compagnie a analysé neuf autres options et c’est la seule qui répond à tous ses critères: social, environnemental, technique et économique.

Un groupe de travail composé de six membres du comité du CVD, d’élus, de représentants en urbanisme, du Club de vélo de Chicoutimi et de représentants de Rio Tinto, se rencontreront dans les prochains jours.

«L’objectif de la démarche de consultation est de répondre aux préoccupations des gens et de travailler en collaboration», précise Xuan-Lan Vu, conseillère aux relations médias pour Rio Tinto.

Le projet permettra de maintenir les 1000 emplois de l’usine Vaudreuil en prolongeant sa durée de vie jusqu’en 2047.