/lifestyle/outings
Navigation

Quand le yoga flirte avec le cirque

Claire Vinel, propriétaire de ÔmYoga, à Sillery, a eu le coup de foudre pour le yoga aérien à New York.
Photo Le Journal de Québec, Jean-François Desgagnés Claire Vinel, propriétaire de ÔmYoga, à Sillery, a eu le coup de foudre pour le yoga aérien à New York.

Coup d'oeil sur cet article

Bikram, vinyasa, yin, chaud: le yoga s’offre dans plusieurs formes et divers contextes. Depuis trois ans, une technique 100 % québécoise pousse la pratique à un autre niveau en y ajoutant un volet... aérien.

À quelques pieds du sol, quinze grands bouts de tissus sont suspendus dans le local du ÔmYoga, à Sillery. C’est sur ces espèces de hamacs volatiles que s’élanceront les élèves du prochain cours de Air Yogalates, une méthode d’entraînement créée à Québec qui fusionne le yoga, le Pilates, la danse et les arts aériens du cirque.

Inspiré du cirque

«On a l’impression de retomber en enfance. La première chose que les clients font souvent, c’est de se balancer dans le tissu. C’est une technique qui, premièrement, est le fun. On a l’impression d’aller plus loin dans tout: le renforcement musculaire, l’étirement, la relaxation, tout est plus», explique la propriétaire du studio, Claire Vinel.

Mme Vinel est tombée en amour avec le yoga aérien à New York, il y a quelques années, alors qu’elle essayait la méthode AntiGravité (voir autre texte). À son retour, elle apprend que deux artistes de cirque spécialisées dans les prouesses aériennes planchent à la création de leur propre méthode de yoga du genre.

Sans plus attendre, elle prend contact avec Marie-Michelle Faber, professeure de yoga et artiste du Cirque du Soleil (actuellement en tournée pour Amaluna) et son amie Geneviève Bérubé, qui enseigne aussi le Pilates. «On s’est rencontrées, on s’est entendues super bien. Il y a une belle collaboration qui s’est installée entre nous», se souvient Mme Vinel.

Pour tous

Mmes Faber et Bérubé ont peaufiné leurs techniques. Les studios ÔmYoga sont devenus parmi les premiers au Québec à offrir le Air Yogalates. Des cours pour débutants et avancés sont désormais disponibles autant dans le local de Sillery que dans celui de Charlesbourg.

«Ça s’adresse vraiment à tout le monde. Même quand on est pro du yoga, l’arrivée du tissu demande un ajustement. C’est quand même un corps étranger, c’est un apprentissage à faire. Qu’on soit adepte de yoga ou pas, on en est un peu tous au même point», explique-t-elle.

Marie-Michelle Faber et Genevièvre Bérubé continuent de former des enseignants en Air Yogalates. La pratique gagne d’ailleurs en popularité à l’international. «Elles donnent des formations à Panama, à Calgary, au Maroc, aux États-Unis, juste cet hiver!», lance en riant Mme Vinel.

airyogalates.com

Claire Vinel, propriétaire de ÔmYoga, à Sillery, a eu le coup de foudre pour le yoga aérien à New York.
Photo courtoisie, MAJKA Photographie

Version AntiGravité

Le yoga aérien ne date pas d’hier! En 1991, la technique AntiGravité voyait le jour aux États-Unis. Derrière la méthode se trouve un gymnaste qui souhaitait jumeler la gymnastique au sol aux tissus suspendus.

«C’est devenu une grosse machine. C’est AntiGravité Fitness qui a fait les premiers gros shows aériens. Ce qu’on voit aujourd’hui au Cirque du Soleil, ça vient d’eux. C’est des créateurs du mouvement aériens», assure Jean-Pierre Bolduc, propriétaire du Studio Libre, dans Saint-Sauveur, qui offre cet enseignement depuis trois ans.

Plusieurs de ses élèves ont d’ailleurs pris du galon, au fil des classes. «Ils se virent à l’envers, se tiennent à l’envers, soutenus par les épaules, les pieds dans les airs en équilibre. C’est presque acrobatique! Mais c’est très axé sur la concentration et l’équilibre, sans aucun danger. Le corps retrouve une sorte de plaisir et se laisse encore plus aller», plaide-t-il.

Notons que des classes pour débutant devraient être accessibles au printemps.

studiolibre.ca