/lifestyle/food
Navigation

Voyage gourmand à Québec!

Coup d'oeil sur cet article

Envie de fuir l’hiver? Le Journal vous propose un voyage par la cuisine, du Japon au Mexique, en passant par la Colombie, l’Espagne et la Grèce, dans cinq restaurants ethniques de Québec.

Grèce

Le Mezzé

Le Mezzé, c’est l’éventail des saveurs méditerranéennes en un seul endroit. Ce petit restaurant sans prétention de la rue Saint-Paul à Québec propose un menu typiquement grec, où l’on retrouve du «vrai» yogourt grec composé de lait de brebis, de la pieuvre marinée, des calmars grillés et de l’agneau, la spécialité de la maison. Pour dessert, impossible de repartir sans avoir essayé le gâteau au fromage féta et figues.

Pour compléter le voyage, on n’y sert que des vins et des alcools locaux, en importations privées.

«On ne sert que des poissons frais, c’est d’ailleurs assez rare à Québec de retrouver des poissons frais, cuits en entier», indique le propriétaire Andréas Papadeas, qui a tout appris en travaillant dans la cuisine du restaurant de son père, en Grèce. «En Grèce, c’est comme en Italie, où on retrouve des tables géantes et où la nourriture est omniprésente», ajoute-t-il, en parlant de l’ambiance conviviale du Mezzé.

299, rue Saint-Paul

Salvador & Mexique
Photo courtoisie

La Salsa

En 1997, la famille Madrid, originaire du Salvador, a décidé d’ouvrir son propre restaurant à Limoilou. Au menu aujourd’hui, des spécialités typiquement salvadoriennes comme les pupusas (petites crêpes farcies de porc, bacon et fromage) et mexicaines, comme les enchiladas, le chili con carne et la guacamole, qui, à elle seule, vaut le détour.

«Beaucoup de gens nous parlent de notre guacamole, mais jamais nous n’avons révélé notre secret!» mentionne la copropriétaire, Isabelle Madrid, en ajoutant que ce mets est fraîchement préparé tous les jours avec des avocats mûris sur place.

Il est même possible d’arroser votre repas d’une consommation locale. Salud!

1063, 3e Avenue

Colombie
Photo Le Journal de Québec, Annie T Roussel

Carlos Café

Nouvellement installé sur la rue Ozanam à Limoilou, le Carlos Café ne devait être au départ qu’une sandwicherie, mais la demande pour des plats traditionnels colombiens était telle que le propriétaire a décidé d’offrir des menus spéciaux les fins de semaine.

Ainsi, chaque semaine, ce dernier varie la carte selon son inspiration, mais, la plupart du temps, le churrasco (contre-filet), les patacones (plantains frits), les empanadas (petits chaussons farcis à la viande) et les haricots rouges, dont la recette provient directement de Medellín, fief du désormais célèbre narcotrafiquant Pablo Escobar, se retrouvent au menu.

Impossible de résister aux bunuelos, ces petits beignets «sucrés-salés» originaires d’Amérique latine et dont la pâte est faite à base de fromage et de farine de tapioca. Ouverte tous les jours, la boulangerie du Carlos Café propose aussi différentes pâtisseries comme des croissants et des chocolatines, en plus de différents sandwichs pour l’heure du lunch.

1398, rue Ozanam

Espagne
Photo courtoisie

Copas

La chaleur de l’Espagne dans une assiette, voilà ce que propose Copas, situé sur la Grande Allée depuis près d’une décennie. Réputé pour sa traditionnelle paella maison aux crevettes et à la viande ou aux fruits de mer (homard, pétoncles et crevettes), ce restaurant propose aussi une vingtaine de tapas, ces petits plats simples à partager entre amis. À l’apéro, laissez-vous tenter par la truite marinée, les champignons à l’ail ou la tortilla espagnole.

Initié à la restauration dès son jeune âge, car ses parents ont longtemps été propriétaires du Vendôme, Marco Garcia admet n’avoir rien changé à la recette traditionnelle de paella de sa mère. Même chose pour le chorizo maison à la façon galicienne (nord-ouest de l’Espagne). «Nous avons gardé les saveurs locales de paprika fumé, par exemple, qui lui donnent un goût unique», indique-t-il.

Mais que serait un restaurant espagnol sans sangria? Copas offre ainsi sa propre version de ce breuvage, qui vous rappellera sans doute votre passage sur La Rambla de Barcelone.

595, Grande Allée Est

Japon
Photo courtoisie

Hosaka-Ya Sushi + Tora-Ya Ramen

Vous serez transporté directement à Tokyo en entrant chez Tora-Ya Ramen, sur la rue Saint-Joseph, endroit de prédilection pour savourer un vrai bol de «ramen». «Dans un pays aussi froid, nous nous sommes dit que la soupe, ça fonctionnait. En plus, on avait l’impression que tout le monde connaissait la version instantanée [des «ramen»] sans savoir exactement d’où ça venait», mentionne Louis Hosaka, l’un des trois frères propriétaires, également derrière [l’excellent] Hosaka-Ya Sushi dans le quartier Limoilou. Encore une fois, le livre de recettes de maman a été très utile lors de la création des menus des deux restaurants japonais. La finesse et la sobriété du Japon dans l’assiette...

Chez Tora-Ya, on s’est aussi inspiré des izakaya, les «bistros japonais», où l’on mange de petites entrées accompagnées d’un verre, ou deux. Essayez les légumes marinés, les œufs de caille ou encore les beignets à la pieuvre. Simple et efficace.

Tora-Ya Ramen: 75, Saint-Joseph Est

Hosaka-Ya Sushi: 491, 3e Avenue