/sports/golf
Navigation

Anne-Catherine Tanguay tout près de son objectif

La golfeuse devrait faire son entrée dans la LPGA en mai

La vedette montante Anne-Catherine Tanguay s’entraîne actuellement au Fort Lauderdale Country Club en prévision d’une saison qui s’annonce excitante.
Photo Richard Boutin La vedette montante Anne-Catherine Tanguay s’entraîne actuellement au Fort Lauderdale Country Club en prévision d’une saison qui s’annonce excitante.

Coup d'oeil sur cet article

FORT LAUDERDALE | Anne-Catherine Tanguay vivra son baptême de la LPGA à la fin mai à Dallas ou la semaine suivante en Alabama.

«C’est excitant et j’ai très hâte, a raconté la golfeuse de Québec, lundi, au cours d’une longue entrevue au Fort Lauderdale Country Club où elle s’entraîne. On va le savoir à la dernière minute. C’est une nouvelle étape dans ma carrière. Je suis contente de mon statut et je sais que j’ai ma place. Ce n’est pas comme quelqu’un qui se qualifie pour un tournoi de la LPGA en passant par les qualifications du lundi.»

«Mon objectif est de disputer une dizaine de tournois de la LPGA, de poursuivre l’ancienne joueuse étoile des Sooners d’Oklahoma qui occupe actuellement le 173e rang au classement mondial. Je dois être flexible et être prête à partir rapidement quand une place se libère. En raison des Jeux olympiques cet été, on retrouve neuf tournois en ligne à un moment donné et certaines filles ne les feront pas tous, ce qui pourrait m’ouvrir une porte. Il y a aussi les deux tournois au Canada où j’ai de très bonnes chances d’obtenir un laissez-passer.»

30 tournois

Tanguay a abandonné l’idée de participer à la qualification du lundi lors des deux prochains tournois en Arizona et en Californie. «Je vais plutôt passer du temps avec mon entraîneur Frédéric Colgan qui sera en Floride, a-t-elle expliqué. Ça va être plus bénéfique pour moi.»

Après avoir signé sa première victoire dans les rangs professionnels le 21 janvier à DeLand en Floride, Tanguay disputera une autre étape du National Women Golf Association (NGAW) dans deux semaines avant de prendre part à son deuxième tournoi du circuit Symetra du 8 au 10 avril à Lake Wells.

«Au total, je souhaite participer à 30 tournois», a raconté celle qui a obtenu un statut conditionnel sur la LPGA en terminant en 36e place de la Q School en décembre dernier à Daytona Beach. «Il n’y a aucun tournoi du Symetra en mars. C’est long un mois sans jouer.»

Une étape à la fois

Si l’objectif est d’obtenir son statut permanent sur la LPGA le plus tôt possible, Tanguay voit d’un bon œil son arrivée en douceur avec les meilleures filles au monde. «Certaines filles ont vu leur carrière déraper après avoir atteint la LPGA dès leur première tentative. Je préfère y aller une étape à la fois.»

Colgan partage ce point de vue. «C’est parfait comme ça parce qu’Anne-Catherine n’était pas prête pour un statut à temps plein cette année. Elle a monté une marche ou deux par an depuis ses débuts. L’écart entre le Symetra et la LPGA est très grand. C’est toutefois très réaliste de penser qu’elle sera sur la LPGA à temps plein en 2017 ou dans deux ans.»

Aux premières loges depuis les débuts d’Anne-Catherine, ses parents lui permettent d’avoir toute sa tête au golf. «Je vis la plus belle expérience de ma vie et je peux en profiter à 100 pour cent. Avec l’appui de mes parents et mes bourses, j’ai réussi à équilibrer mon budget l’an dernier. Ils seront présents lors de mes tournois de la LPGA.»

Pas de complexes à l’égard des joueuses de la LPGA

FORT LAUDERDALE  Anne-Catherine Tanguay ne souffre pas de complexes à l’égard des joueuses à temps plein de la LPGA.

«Je me compare très bien aux filles de la LPGA, a mentionné la golfeuse native de Québec. Je dois continuer de croire en moi. La ligne est mince entre très bon et excellent. C’est une question de détails. Je dois être plus agressive sur les normales 5 afin d’atteindre le vert en deux coups. Je dois être plus précise et améliorer ma stratégie sur le terrain. Mes coups de départ sont constants et assez longs. Mon jeu court et mes fers sont bons à l’entraînement.»

Frédéric Colgan estime que sa protégée doit améliorer un aspect bien précis pour rivaliser avec les meilleures. «Anne-Catherine est tellement parfaite dans tout ce qu’elle fait qu’elle accepte difficilement de rater un coup, a souligné son entraîneur. Au golf, tu dois accepter de rater des coups. C’est celui qui gère le mieux ses erreurs qui gagne.»

Pour l’aider à atteindre un statut temps plein sur la LPGA, Tanguay mise notamment sur son chum, son caddie et son agent. Professionnel au club de Laval-sur-le-Lac, Jean-Hubert Trahan porte les trois chapeaux. Trahan s’occupera du sac de sa tendre moitié pour les tournois de la LPGA.

«Ça m’enlève la pression de devoir apprivoiser quelqu’un. La communication est la clé entre nous. Nous sommes chanceux de vivre cette expérience ensemble. Sa contribution est énorme.»