/news/society
Navigation

Mort d'un cycliste dans Saint-Roch: l’enquête préliminaire du policier entendue en octobre

Le 3 septembre 2014, Guy Blouin, un homme âgé de 48 ans, a succombé à ses blessures après avoir été happé par une autopatrouille qui s’était engagée à reculons sur la rue Saint-François, près du parvis de l’église Saint-Roch.
Archives Agence QMI, Aurélie Girard Le 3 septembre 2014, Guy Blouin, un homme âgé de 48 ans, a succombé à ses blessures après avoir été happé par une autopatrouille qui s’était engagée à reculons sur la rue Saint-François, près du parvis de l’église Saint-Roch.

Coup d'oeil sur cet article

C’est au début du mois d’octobre que devrait être entendue l’enquête préliminaire du policier Simon Beaulieu, accusé de conduite dangereuse et de négligence criminelle causant la mort de Guy Blouin sur le parvis de l’église Saint-Roch.

Cette date reste à être confirmée la semaine prochaine par le juge coordonnateur Jean-Louis Lemay.

Lundi, devant plusieurs personnes faisant partie du Comité du 3 septembre, le procureur aux poursuites criminelles et pénales, Me Michaël Bourget, et l’avocat de la défense, Me Maxime Roy, ont discuté des témoins qui seront entendus et du temps qui sera alloué lors de cette étape qui pourrait être décisive pour le policier.

Comme le renvoi à procès est contesté par l’avocat de la défense, le procureur aux poursuites criminelles et pénales aura à démontrer que la preuve qu’il possède est assez forte pour que les accusations soient maintenues contre Simon Beaulieu.

Rappelons que, le 3 septembre 2014, Guy Blouin, un homme âgé de 48 ans, a succombé à ses blessures après avoir été happé par une autopatrouille qui s’était engagée à reculons sur la rue Saint-François, près du parvis de l’église Saint-Roch.

Ce jour-là, Simon Beaulieu, qui était au volant de l’autopatrouille en était à sa dernière journée comme patrouilleur avant d’être nommé enquêteur.