/news/politics
Navigation

1 milliard $ de plus aux chômeurs

Bloc emploi
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA |  Les chômeurs du pays auront 1 milliard $ de plus dans les poches grâce à une série de mesures pour faciliter l’accès au programme d’assurance-emploi, instaurée dans le budget fédéral déposé mardi.

Les chercheurs d’emploi attendront moins longtemps avant de recevoir un premier chèque : à compter de 2017, le délai de carence pour les prestations sera réduit de deux à une semaine. Ottawa estime que cette formule, qui coûtera 206 millions $, permettra à des familles de «joindre les deux bouts».

Le gouvernement apporte aussi des changements aux règles d’admissibilité aux prestations pour les personnes qui deviennent ou redeviennent membres de la population active. Elles auront besoin de travailler moins d’heures pour bénéficier de la protection de l’assurance emploi, au coût de 259 millions $. Ottawa croit que 50 000 salariés supplémentaires seront admissibles au programme à partir de juillet 2016.

Un cadeau de 405 millions

Les travailleurs qui ont perdu leur emploi dans plusieurs régions frappées de plein fouet par la chute du prix du pétrole bénéficieront d’une addition de cinq semaines d’allocations d’assurance-emploi. Ce cadeau coûte 405 millions $.

L’Alberta et Terre-Neuve y auront droit, mais aussi Sudbury, le nord de l’Ontario, le Manitoba et la Colombie-Britannique, puisque le taux de chômage y a augmenté de deux points de pourcentage ou plus entre 2015 et 2016. Le Québec ne jouira pas de cette mesure : il ne se retrouve pas dans cette catégorie.

Dans une mesure symbolique, le gouvernement Trudeau a annulé des mesures instaurées par les conservateurs. Ainsi, plus question d’exiger des chômeurs d’accepter des emplois moins bien payés ou des déplacements plus longs pour aller travailler.

Les organismes patronaux déplorent toutefois ces modifications «coûteuses» pour les employeurs, qui auraient préféré une baisse de cotisation. Le Conseil du patronat du Québec par exemple ne digère pas que certaines personnes pourront se retrouver avec près de 70 semaines d’assurance-emploi.