/news/education
Navigation

Des toilettes neutres pour les élèves transgenres

La députée Manon Massé demande au gouvernement d’envoyer un message aux commissions scolaires

Manon Massé
Photo Chantal Poirier, Le Journal de Montréal Manon Massé, députée de Québec solidaire, affirme que les élèves transgenres sont victimes de discrimination et ont besoin du soutien du gouvernement.

Coup d'oeil sur cet article

Les élèves transgenres doivent avoir accès à des toilettes neutres ou des salles de bain du sexe de leur choix, selon Québec solidaire.

La députée Manon Massé demande au gouvernement Couillard d’envoyer un «message politique clair» en ce sens à l’ensemble des commissions scolaires de la province.

«Ces enfants-là sont victimes de discrimination, lance-t-elle, en entrevue avec Le Journal. Ces enfants-là doivent avoir notre soutien, savoir qu’on respecte leur intégrité, qu’on leur reconnaît le droit à l’auto-identification».

«Partout au Québec»

La députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques estime que l’initiative de la Commission scolaire de Montréal, qui a adopté une directive pour les élèves dont l’identité sexuelle ne correspond pas au sexe de naissance, doit être appliquée partout au Québec. Elle entend plaider sa cause auprès du ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx.

«Le milieu scolaire, c’est un milieu privilégié d’éducation et par conséquent, c’est un lieu privilégié d’éducation à la différence. C’est le bon endroit pour commencer à parler de ces choses-là», insiste-t-elle.

Manon Massé estime que la réflexion devrait ultimement s’étendre aux endroits publics en général. Les toilettes individuelles mixtes devraient être plus répandues pour éviter aux personnes transgenres de vivre des moments humiliants.

Elle cite en exemple sa propre expérience. «Je ne suis pas une personne trans, je suis une femme qui s’est toujours assumée comme femme et ça vient extrêmement intimidant lorsque de façon systématique, lorsque tu vas aux toilettes, tu te fais dire: “Vous vous êtes trompé de toilettes.” On n’a pas besoin d’être transgenre pour vivre de la transphobie, il s’agit juste de sortir des stéréotypes de genre de ce que devrait avoir l’air une vraie femme ou de ce que devrait avoir l’air un vrai homme», confie-t-elle.

État civil

Depuis le 1er octobre, les adultes transgenres n’ont plus besoin de passer par une chirurgie pour changer de sexe sur leurs documents officiels. Mais ce n’est toujours pas possible pour les mineurs.

La semaine dernière, la ministre Stéphanie Vallée a promis de présenter sous peu un projet de loi pour répondre à cette problématique. Mais le temps presse, selon la députée Massé.

Selon elle, tant que le gouvernement du Québec n’enverra pas un signal clair selon lequel que les enfants peuvent aussi entrer dans un processus de modification de leur état civil, les autres gestes pour leur permettre de s’épanouir se feront attendre.