/opinion/columnists
Navigation

Lisée: mort pour la patrie?

Qu’une telle évidence provoque autant d’émoi illustre à quel point le PQ est, depuis longtemps, déconnecté du réel

Jean Francois Lisee
Photo Agence QMI, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Jean-François Lisée ne gagnera probablement pas la course à la direction du PQ.

Il est pourtant, de très loin, le plus solide de tous les candidats déclarés ou pressentis. Mais cela ne compte guère de nos jours.

Dans le PQ d’aujourd’hui, les considérations de rentabilité électorale prennent autant de place que dans les partis qui n’ont aucune prétention de contenu.

Comme M. Lisée a du mal à dissimuler son intelligence, beaucoup de gens se trouvent un peu cons devant lui. On n’est guère porté à voter pour quelqu’un qui vous met mal à l’aise.

Pire, il vient de dire ce que nombre de militants ne veulent pas entendre, même s’ils savent, dans leur for intérieur, que c’est la vérité.

Il n’est tout simplement pas réaliste, dit-il, d’espérer tenir un référendum à court terme. Assumons-le. Point à la ligne.

Transparence

Qu’une telle évidence provoque autant d’émoi illustre à quel point le PQ est, depuis longtemps, déconnecté du réel.

Depuis le départ de Jacques Parizeau, tous ses chefs se contorsionnent pour ne pas déplaire aux militants qui voudraient la souveraineté immédiatement sans trop effrayer des électeurs qui ne veulent pas replonger dans l’aventure référendaire.

La position de M. Lisée n’est ni une capitulation, ni un renoncement. C’est une réconciliation avec la réalité, généralement un bon point de départ pour toute entreprise un peu compliquée.

Le but de M. Lisée est évidemment de forcer les autres candidats à clarifier leurs positions.

Les électeurs ont en effet le droit de savoir si leur vote pour le choix d’un gouvernement, en 2018, leur achètera ou non un référendum. Pas de tataouinage.

Si M. Cloutier et Mme Hivon veulent vraiment faire de la politique autrement et rétablir un lien de confiance avec la population, la franchise sur cette question serait un bon commencement.

Sinon, toute ambiguïté sera, comme en 2014, exploitée par un PLQ trop heureux de se faire servir, sur un plateau d’argent, un prétexte pour qu’on ne parle pas de son bilan au gouvernement.

D’autres, dans la mouvance souverainiste, sont aussi clairs que M. Lisée, mais proposent d’aller en sens inverse : promettre de tenir un référendum dès une éventuelle prise du pouvoir en 2018.

Ceux-là aussi, suite à la prise de position de M. Lisée, seront obligés de répondre à la question suivante : que feront-ils exactement pour réussir en si peu de temps ce que Jacques Parizeau n’a pas réussi à faire en six ans dans des circonstances infiniment plus favorables ?

Lucidité

Que des gens qui n’étaient pas là en 1995 minimisent la tâche herculéenne qu’est la préparation d’un référendum peut se comprendre.

Que des gens qui ont vécu cette époque croient que l’on peut aujourd’hui foncer pleins gaz et réussir à court terme ne peut s’expliquer que par une fuite en avant dans un univers fantasmé.

Après un autre échec électoral cinglant, comptez sur eux pour continuer à dénoncer un gouvernement Couillard qu’ils auront contribué à faire réélire.

M. Lisée ne gagnera pas, mais il sera peut-être dit un jour qu’il a rendu un fier service à la cause souverainiste.