/finance/business
Navigation

Une année record au chapitre des investissements étrangers à Québec

L’annonce en mai 2015 de Medicago pour la construction d’une usine de 245 M$ sur la rue D’Estimauville représente à elle seule près de la moitié des investissements étrangers qui ont été annoncés l’année dernière.
Photo courtoisie L’annonce en mai 2015 de Medicago pour la construction d’une usine de 245 M$ sur la rue D’Estimauville représente à elle seule près de la moitié des investissements étrangers qui ont été annoncés l’année dernière.

Coup d'oeil sur cet article

L’année 2015 a été riche en investissements étrangers, selon Québec International, puisque 11 projets d’implantation ou d’expansion ont vu le jour dans la capitale nationale pour une valeur totale de 502 M$.

«Si on regarde la moyenne des quatre dernières années, on tournait autour de 71 M$ en investissements étrangers. À 502 M$, l’augmentation est incroyable. C’est une année assez exceptionnelle», a commenté, mercredi, Carl Viel, PDG de Québec International.

L’annonce en mai 2015 de Medicago pour la construction d’une usine de 245 M$ sur la rue D’Estimauville représente à elle seule près de la moitié des investissements étrangers qui ont été annoncés l’année dernière.

Plusieurs sociétés, œuvrant dans l’industrie du jeu vidéo et des nouvelles technologies, ont aussi choisi Québec pour prendre de l’expansion que l’on pense à Larian Studios, Thales, OVH, Gearbox et Olympus.

Selon M. Viel, la région de Québec compte maintenant plus de 200 filiales de sociétés étrangères telles que la française Ubisoft qui a inauguré la semaine dernière son nouveau studio de classe mondiale.

«Ces sociétés ont la possibilité d’investir partout dans le monde. Notre défi consiste à les convaincre de le faire à Québec. Chaque année, nos professionnels vont rencontrer ces entreprises pour voir comment elles vont tirer leur épingle du jeu auprès de leur maison-mère pour attirer de nouveaux investissements à Québec», a ajouté M. Viel.

Pour réaliser cette mission, Québec International a effectué 42 visites de filiales de société étrangères en 2015.

«Souvent, le premier pas, c’est d’amener les sociétés à vouloir s’implanter en Amérique du Nord, plus particulièrement au Canada. Par la suite, c’est l’écosystème local qui influence la prise de décision.»

Dans la bataille pour attirer des investissements étrangers, Québec est en compétition directe avec des villes comme Toronto et Vancouver.

Selon une récente étude de KPMG, Québec surclasse ses rivales à l’égard des coûts d’implantation d’une entreprise. Cette étude révèle qu’il en coûte 16,1 % moins cher de s’établir et de faire affaire à Québec comparativement à la moyenne américaine.

Dans l’ensemble, les activités de Québec International, incluant les ventes réalisées par les entreprises d’ici lors des 28 missions commerciales, ont généré des retombées économiques de l’ordre de 630 M$. Québec International a également contribué au recrutement de 177 travailleurs étrangers pour des retombées évaluées à 20 M$. Pour chaque emploi créé, les retombées sont presque deux fois et demie supérieures au salaire.