/news/politics
Navigation

Problèmes au MTQ: le gouvernement «a perdu le contrôle», dit Legault

Problèmes au MTQ: le gouvernement «a perdu le contrôle», dit Legault
Photo Le Journal de Québec, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC – Les problèmes de gestion et de communication au ministère des Transports (MTQ) illustrent le désintérêt de Philippe Couillard envers ce qui se passe au Québec, selon François Legault, qui invite le premier ministre à quitter son poste s’il n’est plus «passionné par sa job».

«À part de lire The Economist, M. Couillard n’a pas l’air à s’intéresser à ce qui se passe au Québec, a déploré le chef de la CAQ, jeudi. Il dit qu’il ne lit pas les journaux, il apprend les nouvelles en prenant son café le matin, il est temps qu’on ait un premier ministre qui soit aux affaires, qui soit un peu passionné par sa job. Si ça ne l’intéresse pas, bien qu’il retourne à la pêche à temps plein.»

Selon le chef du deuxième groupe d'opposition, les nouvelles révélations concernant l’ex-ministre des Transports Robert Poëti démontrent que le gouvernement «a perdu le contrôle». La Presse a rapporté jeudi que le contrôleur des finances avait mené une analyse au MTQ sans que M. Poëti soit mis au courant.

Cette information surgit alors qu’on apprenait la semaine dernière que des pratiques douteuses dans l’octroi des contrats soulevées par M. Poëti n’avaient pas fait l’objet d’un suivi adéquat au MTQ.

François Legault soutient que Philippe Couillard aurait dû s’intéresser davantage à ce qui se passe au ministère des Transports, le plus important donneur d’ouvrage au Québec, à la suite des révélations de la commission Charbonneau.

«Si j’avais été premier ministre, avec tout ce qui s’est passé au ministère des Transports, est-ce que je peux vous dire qu’à tous les deux-trois mois, j’aurais rencontré mon ministre des Transports pour m’assurer qu’on ne donne plus d’extras, qu’on a mis en place ce qu’il faut pour qu’il n’y ait pas de corruption, qu’il n’y ait pas de collusion dans le monde de la construction», a-t-il affirmé.