/news/politics
Navigation

Pas de plus longs congés pour les pères

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Couillard n’a pas l’intention d’augmenter la durée des congés de paternité.

Une majorité de Québécois (69 %) souhaite que les pères bénéficient de plus de congés payés pour s’occuper de leur nouveau-né, révèle un sondage SOM commandé par le Conseil du statut de la femme (CSF). L’organisme suggère d’ajouter trois semaines de congés réservés exclusivement aux papas, en diminuant d’autant la banque de congés parentaux.

Mais le ministre François Blais estime que le Régime québécois d’assurance parental offre déjà suffisamment de flexibilité. «Il n’y a pas de changement prévu, le système actuel permet déjà une grande marge de manœuvre en fonction des choix personnels des parents», fait-il valoir, dans une déclaration écrite transmise au Journal.

Conjoints de fait

La présidente du CSF, Julie Miville-Dechêne, talonne également le gouvernement pour que les conjoints de fait aient les mêmes protections financières que les couples mariés en cas de séparation. Le coup de sonde réalisé du 24 au 28 mars démontre que c’est ce que veulent 70 % des gens au Québec.

La ministre Stéphanie Vallée assure qu’elle en tiendra compte dans le cadre de la vaste réforme du droit de la famille qu’elle pilote.

«Il est manifeste que le modèle familial québécois a beaucoup évolué au cours des dernières décennies. Les résultats de ce sondage s’ajoutent aux avis et recommandations formulés dans la foulée de l’affaire Éric et Lola, et contribuent à la réflexion en cours au sujet de l’adaptation du droit de la famille aux réalités du 21e siècle», a-t-elle fait valoir, par l’entremise de son attachée de presse.

Champion des unions de fait des pays occidentaux, le Québec est pourtant la seule province canadienne qui n’offre aucune protection aux couples qui ne sont pas mariés, renchérit Mme Miville-Dechêne.

En 2011, 37,8 % des couples québécois vivaient en union libre.