/weekend
Navigation

«Je chanterai jusqu’à mon dernier souffle»

«Je chanterai jusqu’à mon dernier souffle»
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

À 78 ans, la tête pleine de projets, rien n’arrête Enrico Macias. Le célèbre chanteur algérien, pionnier de la musique du monde, débarque au Québec aujourd’hui en vue de ses trois concerts dans la province cette semaine. En pleine forme, le mot retraite ne signifie rien à ses oreilles: il confie vouloir chanter «jusqu’à son dernier souffle».

Enrico Macias arrive au Québec avec ce nouvel opus original en poche, Les clefs, lancé­­ en février dernier, avec quelques mois de retard en raison d’une fracture au bras droit.

L’album a été, comme il le fait depuis une dizaine d’années, enregistré aux côtés de son fils, Jean-Claude Ghrenassia, qui signe quelques-unes des douze chansons origi­nales. «Je ne peux plus entrevoir faire un enregistrement sans lui», confie l’artiste à l’autre bout du fil.

Enrico Macias a toujours été un éternel optimiste et un être nostalgique et mélancolique. Mais dans cet album, il s’inquiète du chaos qui règne sur la planète. «Le monde dans lequel on vit, ça me fait souffrir», dit-il.

«Je ne suis pas béat devant la situation actuelle, bien au contraire. Mais j’ai toujours accompagné la souffrance par l’espérance. L’espoir, c’est ce que je veux communiquer aux gens. Sans espoir, il ne reste plus rien. Il faut savoir passer à travers les épreuves, mais il faut avoir espoir que ça aille mieux», philosophe-t-il.

Sa femme, toujours présente

Malgré le décès de sa femme Suzy, il y a déjà huit ans, cette dernière est toujours présente dans le cœur du chanteur. Si bien qu’il lui consacre deux chansons sur ce nouvel­­ album.

«Avec le temps, là où elle est maintenant, elle est mieux que pendant sa vie, puisqu’elle­­ a souffert énormément, se rappelle­­-t-il. Elle a été malade pendant très longtemps. Ça me permet de moins souffrir que lorsqu’elle est partie, alors que j’étais complètement déboussolé. Elle me protège toujours, elle est là tous les jours, je médite avec elle.»

Concernant sa santé, Enrico Macias confie entretenir une bonne hygiène de vie. «Je fais attention à mon alimentation, je marche, je fais un peu d’exercice, je nage, je fais du sport. Ma santé va très bien.»

Projets

Après 55 ans de carrière, Enrico Macias remercie le ciel d’être encore là, «encore en haut de l’affiche», dit-il. Et il ne se lasse pas de son métier qui pour lui, n’en est pas un.

Il envisage de faire d’autres albums et aussi­­ un peu de cinéma. Il est présentement en train d’analyser certains projets.

«Je veux encore faire le tour du monde avec mes chansons. Et pour le cinéma, je veux prendre le temps de voir ce qui s’offre à moi.»


Enrico Macias sera en spectacle le 20 juin au Capitole de Québec, le 21 juin à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts, à Montréal, ainsi que le 22 juin à Gatineau.